CAN 2022 : Le coup de sifflet final de Mali-Tunisie donné avant la fin des 90 minutes, le match part en vrille

WTF L’arbitre zambien a sifflé par deux fois le coup de sifflet final alors que le temps réglementaire n’était pas écoulé, provoquant la fureur des Tunisiens qui espéraient encore égaliser face au Mali

Aymeric Le Gall
— 
Mondher Kbaier, le sélectionneur tunisien, n'en croit pas ses yeux après l'erreur de l'arbitre M. Janny Sikazwe.
Mondher Kbaier, le sélectionneur tunisien, n'en croit pas ses yeux après l'erreur de l'arbitre M. Janny Sikazwe. — Issouf SANOGO / AFP

C’est bon, posez tout, levez les mains, on tient d’ores et déjà LA polémique la plus folle de cette Coupe d'Afrique des nations. Mercredi, l’arbitre de Tunisie-Mali s’est en effet surpassé en sifflant par deux fois, en l’espace de cinq minutes, la fin du match alors que le temps réglementaire n’était pas écoulé, provoquant la fureur des Tunisiens, alors menés 1-0 par les Aigles du  Mali.

Après un premier coup de sifflet final complètement WTF à la 85e minute, M. Janny Sikazwe a admis son erreur et fait reprendre la rencontre, avant de siffler à nouveau la fin du bal alors même qu’on jouait la 89e minute et 47 secondes. Cette fois, c’est toute la délégation tunisienne qui crie au scandale, le sélectionneur Mondher Kebaier agitant frénétiquement sa montre sous le nez des officiels. Le quatuor arbitral a dû sortir sous escorte par la sécurité face à la colère des Aigles de Carthage.



Les Tunisiens refusent de revenir jouer

Mais le sketch ne s’arrête pas là. Une fois les joueurs aux vestiaires, environ vingt minutes après le coup de sifflet « final », tout ce beau monde a appris que le match allait finalement reprendre pour trois minutes. Problème, alors que les onze Maliens s’apprêtaient à repartir pour un petit tour, aucun joueur tunisien ne s’est présenté sur la pelouse, obligeant l’arbitre à siffler pour de bon la fin de la rencontre.

« Il nous prive pratiquement de sept ou huit minutes de temps additionnel. Sa décision est inexplicable », a dénoncé le sélectionneur tunisien en conférence de presse après la rencontre. Sur le papier, le Mali s’est donc imposé 1-0 mais cette affaire est à coup sûr loin, très loin d’être terminée.