Journal des Bleues: Dernière étape avant les choses sérieuses... «Le public breton est très branché foot féminin»

FOOTBALL  Tout ce qu’il faut savoir sur l’actualité de l’équipe de France féminine, avec un café et un croissant

Aymeric Le Gall

— 

Les Bleues sont arrivées à Rennes, vive le chouchen.
Les Bleues sont arrivées à Rennes, vive le chouchen. — FRANCK FIFE / AFP

Le point «viens me chercher!» du jour

Corinne Diacre ne va pas révolutionner l’exercice en décidant, comme ça risque d’être le cas lundi soir au Roazhon Park contre le Nigeria, de reposer une partie de ses cadres en vue du 8e de finale (dimanche ou lundi), mais ça n'mempêhce pas les boss de l'équipe d'avoir encore faim. 

« Est-ce qu’il faut jouer ou ne pas jouer ? Je ne sais pas. Ça, c’est leur réflexion [au staff]. La seule chose qui est sûre, c’est que moi, en tant que joueuse, j’ai tout le temps envie d'en être, avouait Gaëtane Thiney, vendredi en conférence de presse. C’est-à-dire que même hier, à l’entraînement, j’avais envie de jouer, je n’avais pas envie de récupérer. C’est une question qui ne se pose même pas ! Mais quoiqu’il arrive, on acceptera les choix qui seront faits par la coach. »

Le point « Dans la vallée, oh, oh » du jour

Match en Bretagne oblige, les «  questions locales » ont fusées dans tous les sens vendredi dans la salle de Cesson-Sévigné, à un jet de palet (un super jeu à l’heure de l’apéro) de la capitale rennaise. « Ça fait quelques années qu’on vient jouer en Bretagne et on est toujours bien reçues. Le public breton est très branché foot féminin. Bon… Je ne comprends pas pourquoi on vient si souvent ici ! », a rigolé la numéro 10 des Bleues - Toute évocation à un quelconque président de Fédération serait purement fotuite -. « Les Bretonnes du groupe apprécient forcément. C’est toujours beaucoup, beaucoup d’émotions de venir jouer sur sa terre natale et si ça les rend encore plus performantes, alors je serais la plus heureuse. »

La bonne réflexion, du jour

La Coupe du monde féminine gagne en audience, les réseaux embrayent, Gaëtane Thiney ignore : « Moi, je ne connais pas «fafa 22» ou «Cécé du 12». Je comprends qu'on puisse nous critiquer, mais je ne veux pas rentrer là-dedans. C’est un phénomène de société, tout le monde a le droit de s’exprimer, mais personnellement je n’en tiens pas compte. » T’as compris, « Pedrolito du 9-2 » ???

Le programme du jour

Après une conférence de presse du côté de Cesson-Sévigné à 15h30 avec Elise Bussaglia et Maéva Clemaron, les Françaises reprendront le chemin de l’entraînement dans la foulée, sur les coups de 16h30.