Strasbourg-Guingamp: «Si on marque trois buts à la maison et qu'on ne gagne pas», le Racing paie ses erreurs en défense

FOOTBALL Le Racing et l'EAG ont partagé les points samedi au stade de la Meinau (3-3)

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg-Guingamp au stade de la Meinau
Strasbourg-Guingamp au stade de la Meinau — FREDERICK FLORIN / AFP
  • Strasbourg recevait Guingamp samedi soir au stade de la Meinau pour la 32e journée de Ligue 1.
  • Après un début de match difficile, le Racing et l'En Avant Guingamp ont animé la partie en marquant chacun trois buts (3-3).

On avait promis que vous n'alliez pas vous ennuyer devant ce remake de la finale de la Coupe de la Ligue. Bon, on doit le reconnaître, on vous a menti pendant une bonne demi-heure, tant ce Strasbourg-Guingamp samedi au stade de la Meinau a eu du mal à démarrer. C’est simpl, l’action la plus commentée du début du match a été de savoir si c’était bien de la neige qui tombait sur la pelouse de la Meinau un 13 avril. Ah si, le public s’est levé voyant déjà la tête de l'attaquant strasbourgeois Ludovic Ajorque au fond des filets guingampais. Le ballon a frôlé l’extérieur du poteau.

Mais pour voir la rencontre entre le Racing et l’EAG s’animer pour de bon, il a fallu attendre l’ouverture du score à la 37e minute de jeu par Marcus Thuram pour l’En Avant, qui lâché au marquage s’était élevé plus haut que tout le monde pour reprendre un centre de la tête. Deux minutes plus tard, c’est la cuisse de Ludovic Ajorque, sur un centre, qui permet à Strasbourg de revenir au score. Au retour des vestiaires, ça s’emballe encore un peu plus : Guingamp pensait avoir fait le plus dur en marquant un second but par l’intermédiaire de Lucas Deaux (63e) ; le Racing espérait avoir renversé pour de bon son adversaire grâce à deux beaux buts de Sanjin Prcic (69e) et, encore, Ajorque (73e) ; mais l’EAG n’avait pas dit son dernier mot et a décroché le point du nul grâce à une tête de Jéméry Sorbon (86e).

Strasbourg "pas attentif" sur les coups de arrêtés

« On ne pourra pas nous reprocher de ne pas avoir ouvert les vannes », a glissé Thierry Laurey, après un résultat que le coach alsacien qualifie de « rageant ». « Il ne manquait pas grand-chose, mais quand même pas mal de rigueur et de concentration sur les coups de pied arrêtés. Ce n’est pas possible de prendre des buts comme ça, on n’est pas attentifs ! On savait qu’on allait être en difficulté, parce qu’il nous manquait des joueurs à l’aise dans le jeu aérien, mais on ne pensait pas qu’on aurait un déficit de concentration. »

Sanjin Prcic regrette lui aussi d'avoir vu la deuxième attaque de Ligue 1 ne pas l'emporter : « C’était un match à notre portée, parce qu’on s’est créé des occasions, on a marqué trois buts… Si on marque trois buts à la maison et si on ne gagne pas c’est qu’il y a eu des manques. On est ambitieux sur cette fin de saison, on l’a démontré. Mais si on veut gagner des matchs il faut être encore plus exigeant ». Le milieu salue la « force mentale » qui a permis à son équipe de revenir deux fois au score : « Il faut s’appuyer sur ça. Lorsqu’on a des résultats en notre faveur, il faut les tenir aussi, malheureusement on n’a pas su le faire ».