Coupe de France: «C’est fini les caméras, les micros… Retour à la vie réelle» pour le FC Sète

COUPE DE FRANCE Le FC Sète a été éliminé par Lille en seizième de finale de la Coupe de France (0-1). Un parcours que les dirigeants espèrent fondateurs pour ce club historique du foot français…

Jérôme Diesnis

— 

Avant sa sortie sur blessure, Aboulaye Diaby s'est mis en évidence face au Losc.
Avant sa sortie sur blessure, Aboulaye Diaby s'est mis en évidence face au Losc. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Pressse
  • Le FC Sète, club amateur de quatrième division, a bousculé et fait douter Lille. Mais le dauphin de Paris en Ligue 1 s’est finalement qualifié (0-1) par la petite porte.
  • Club historique, auteur du premier doublé de l’histoire Coupe de France - Championnat de France (en 1934), le FC Sète est en reconstruction pour retrouver à court terme le championnat National.

Les amateurs du FC Sète (National 2), ont réalisé un grand match face à Lille, en seizième de finale de la Coupe de France. Dominateurs mais trop maladroits, ils ont été éliminés ( 0-1) contre le cours du jeu par le dauphin de Paris en Ligue 1. « Il y a de la déception, mais surtout de la fierté de les avoir fait douter et d’avoir fait lever cette tribune, savoure l’entraîneur Nicolas Guibal. Il y a eu un petit moment de flottement après le but, tel un boxeur qui prend un uppercut. Mais la réaction a été à la hauteur des qualités et de l’état d’esprit qui anime ce groupe. »

Nicolas Guibal, le coach du FC Sète lors du seizième de finale contre le Losc.
Nicolas Guibal, le coach du FC Sète lors du seizième de finale contre le Losc. - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Le FC Sète a caressé son rêve et s’est donné les moyens d’y croire et d’aller plus loin encore. Mais la part de réussite n’était pas au rendez-vous. « C’était une soirée pour faire un exploit. On sentait la magie qui flottait. On les a tellement fait douter. Il y avait moyen de faire un truc, de les emmener aux prolongations, pourquoi pas aux penaltys », regrette le gardien Brice Niclos. L’habituel remplaçant va reprendre son rôle de doublure dans l’anonymat du championnat de National 2, dès ce samedi à Colomiers, dans la métropole toulousaine.

Messi Yagousseti, l'avant-centre du FC Sète, a souvent pris l'avantage sur les défenseurs du Losc en 16e de finale de la Coupe de France
Messi Yagousseti, l'avant-centre du FC Sète, a souvent pris l'avantage sur les défenseurs du Losc en 16e de finale de la Coupe de France - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Pressse

« C’était magique, mais il faut redescendre sur terre »

« C’était magique, c’était beau, c’était une belle aventure, mais il faut redescendre sur terre. C’est le retour au championnat et à la vie réelle », reprend le gardien amateur, qui bosse comme pyrotechnicien. C’est d’ailleurs l’entreprise de son père qui a assuré les festivités lors de l’entrée des joueurs sur la pelouse. « C’est fini les caméras, les micros, tout ça…. On va travailler le soir et la journée pour certains. »

Le milieu récupérateur Francis Kembolo a été le meilleur joueur sur la pelouse lors du seizième de finale entre Sète et Lille
Le milieu récupérateur Francis Kembolo a été le meilleur joueur sur la pelouse lors du seizième de finale entre Sète et Lille - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Pressse

C’est fini, mais reste l’aventure et le coup de projecteur sur ce club pas comme les autres. Aujourd’hui en quatrième division, il porte un pan de l’histoire du foot français. Il fut le premier du football français à réaliser le doublé Coupe de France-championnat de L1. Ça date de Mathusalem (1934), bien sûr, mais ça n’enlève rien au poids de club, dont le palmarès porte deux coupes de France (1030 et 934) et deux championnats de France (1934 et 1939).

Retrouver le National

« Quand on a repris le club, on est parti de tout en bas, explique Jean-Marie Berthier », président du FC Sète depuis 2011. Le club était alors redescendu au niveau régional après un dépôt de bilan suite au retour en Ligue 2 qui devait s’avérer trop lourd à porter pour les structures du club. « Notre ambition est de retrouver le National. Mais il faut se structurer et y aller en douceur. Monter, mais ne pas faire n’importe quoi », reprend le président.

Ambiance des grands soirs au stade Louis Michel de Sète pour le seizième de finale de Coupe de France entre le FC Sète et le Losc
Ambiance des grands soirs au stade Louis Michel de Sète pour le seizième de finale de Coupe de France entre le FC Sète et le Losc - Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

« Le projet est simple : on bosse comme des malades pour essayer à faire mieux, de recréer une dynamique. On ne veut pas s’enflammer, mais on est tous des compétiteurs, souligne Sandryk Biton, l’ancien arbitre arrivé comme manager général cet été pour structurer le club. Ce club a une identité, une histoire. Il porte toujours cette ferveur. Il va falloir concrétiser cette dynamique en championnat. »

L’avenir leur appartient

Huitième de National 2, le FC Sète y a un peu payé son parcours en Coupe de France. « L’élimination peut être un bien pour un mal. La Coupe de France pompe beaucoup d’énergie, on l’a vu ces dernières semaines. Est-ce qu’on va pouvoir se servir de notre parcours et de ce match contre Lille de support, est-ce qu’au contraire ça va être compliqué ? On verra bien », reprend Nicolas Guibal. « Après une élimination, c’est difficile derrière, il faut redescendre sur terre. Mais cette équipe a beaucoup d’arguments dans son jeu », lui rend hommage Christophe Galtier, le coach de Lille. Pour Sète, c’est un nouveau départ. L’avenir leur appartient…