Equipe de France: Deschamps dénonce une «escalade d’agressivité verbale» chez certains journalistes ou consultants

FOOTBALL Le sélectionneur des Bleus juge l'évolution de la critique autour de l'équipe de France...

A.L.G.

— 

Didier Deschamps
Didier Deschamps — FRANCK FIFE / AFP

Dans un long entretien accordé au Monde, le sélectionneur Didier Deschamps a répondu dans les grandes largeurs aux questions sur les critiques médiatiques, qu’elles viennent des journalistes ou des consultants, dont a pu souffrir l' équipe de France (ou lui-même) avant le Mondial.

« J’ai toujours été en paix avec moi-même, précise d’entrée le sélectionneur avant d’entrer dans le détail. Je n’ai pas de souci avec la critique, sinon je ne ferais pas ce métier. Après, il y a critique et critique. Aujourd’hui, on doit composer avec une escalade d’agressivité verbale. Certains sont capables de dire tout et son contraire en vingt-quatre heures. Ça fait partie du folklore. » Difficile à ce moment-là de ne pas se mettre à imaginer les personnes ciblées par Didier Deschamps. On se souviendra alors de la grosse prise de bec avec Christophe Dugarry, qui avait découpé son ancien coéquipier en Bleu, sur les ondes de RMC.

Le double champion du monde a également évoqué les critiques des joueurs belges après la demi-finale perdue contre les Bleus : « Je mets ça sur le compte de leur énorme déception. Avec un peu de recul et un minimum de lucidité, peut-être se rendront-ils compte qu’on a été beaucoup plus dangereux qu’eux. D’ailleurs, comment ont-ils procédé contre le Brésil en quart de finale ? Comme nous face à eux. Si le football, c’est avoir le ballon pour se faire des "papasses"… » Beau joueur, le Dédé.