PSG: Incapable de taper des gros, Paris ne ferait-il pas un complexe d'infériorité en Ligue des champions?

FOOTBALL Une bonne séance chez le psy et hop, à eux la coupe aux grandes oreilles...

Aymeric Le Gall

— 

Thiago Silva à Liverpool, le 18 septembre 2018.
Thiago Silva à Liverpool, le 18 septembre 2018. — Paul Greenwood/BPI/REX/Shutterstock/SIPA

C’est toujours la même rengaine… Le constat est là, froid, implacable, presque désespérant : En Ligue des champions, quand il s’agit d’aller à la tape avec les gros bonnets du continent européen, le PSG part toujours avec de grosses ambitions mais revient à chaque fois à la maison avec la mine basse.

Ce n’est pas compliqué hein, il suffit de regarder : Depuis 2011, à part son joli succès à Stamford Bridge (2-1) en 8e de finale retour de Ligue des champions en 2016, Paris n’a jamais réussi à battre chez elle une équipe de son calibre. Enfin, du calibre qu’elle prétend avoir, serait-on tenté de dire aujourd’hui.

Le reste, c’est trois matchs nuls (Arsenal, Barcelone et Chelsea) et neufs défaites (Real, Barça, Bayern, Chelsea, Man City et donc Liverpool). Quand il s’agit d’aller jouer les durs face aux faibles, que ce soit à Anderlecht, au Celtic ou à Malmö, les Parisiens répondent présents. En revanche, dès que la pente s’élève un peu et qu’il faut soutenir le regard d’un cador dans son antre, les yeux finissent inlassablement par scruter les pompes.

« C’est vrai, on vient de perdre un quatrième match chez un grand d’Europe mais c’est le foot », admet Thiago Silva en zone mixte après la défaite à Anfield samedi soir. Bon, à part l’erreur (par omission ?) de calcul, le capitaine du PSG ne cache pas sa frustration. C’est vrai quoi, sur le papier, grâce au grisbi injecté par QSI depuis le rachat du club en 2011, le PSG n’a pas à rougir face à la concurrence.

Pas le mental d’un cador

C’est quoi le problème alors ? Avant la rencontre, Thomas Tuchel avait donné un élément de réponse au détour d’une question sur son statut de favori en Ligue des champions : « Pour être considéré comme favori, il faut avoir l’expérience d’un club comme Liverpool. Liverpool a gagné 5 Ligues des champions, Paris zéro. Il faut chercher une victoire dans un match très important pour gagner de la confiance. A mon avis, pour aller loin dans le sport, il faut vivre une expérience forte. » Ce ne sera pas encore pour cette fois.

Plus l’histoire se répète, plus on ne peut s’empêcher de penser que les joueurs parisiens ont développé avec le temps une sorte de complexe d’infériorité. Même inconsciemment. Complexe d’infériorité auquel il faut ajouter, et cela paraît presque indéniable aujourd’hui, une faiblesse mentale, un manque de caractère, de gnac, de grinta, appelez ça comme vous voulez.

Les buts encaissés dans les arrêts de jeu en témoignent. Si le Barça réussit à marquer le sixième but lors de la remontada au bout du temps additionnel, si Liverpool parvient à faire de même alors qu’il vient de se prendre un pion, si Paris rate la balle de match comme ce fut le cas encore mardi soir avec l’occasion de 3-2 dans les pieds de Julian Draxler, ce n’est pas qu’une question de chance. La chance ça se provoque. Les tops clubs y parviennent, Paris non.

Liverpool comme exemple

Pourtant, malgré les années qui passent, Thiago Silva ne semble pas se résigner. Ou alors il ne le montre pas. « On doit continuer à travailler mais on a la possibilité de revenir et d’aller plus loin dans cette compétition même si, oui, on est conscient qu’on doit tous faire un peu plus. Malgré tout, je trouve que l’équipe a montré du caractère. Seulement, des matchs comme celui-là, on doit rester à cent pour cent concentré tout le temps », a prévenu le Brésilien.

« On a vu que c’était une grande équipe à domicile, le finaliste de la dernière Ligue des champions. […] Il n’y a rien de catastrophique, on a toutes les cartes en main pour la qualification, conclut, optimiste, Thomas Meunier. On pourrait prendre exemple sur Liverpool avec son jeu profond, simple, rapide, avec beaucoup d’intensité. » Si ça permet de gagner au moins un grand rendez-vous à l’extérieur de temps en temps, c’est un coup à tenter, oui.