OM-Lille: Ils se sont «engueulés», mais c'est oublié... Les solistes Thauvin et Payet mettent en scène leurs accords

FOOTBALL C'est l'amouuuuur...

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Dimitri Payet et Florian Thauvin ont été décisifs face à Lille.
Dimitri Payet et Florian Thauvin ont été décisifs face à Lille. — A.-C. Poujoulat / AFP
  • L’OM a écrasé Lille (5-1), ce samedi, au Vélodrome, et recolle à la troisième place, ex aequo avec l’OL.
  • Florian Thauvin a été brillant face à son éphémère ancien club, qui semble plonger vers la relégation.
  • L’Orléanais a marqué deux buts et en a profité pour mettre en scène sa réconciliation avec Dimitri Payet.

L’important, c’est les trois points. La troisième place. Et les trois gestes, en gros plan pour les caméras, tant qu’à faire : un penalty que Payet, tireur désigné, offre à Thauvin. Un câlin du second au premier en guise de célébration de but. Et de nouveau, lors du remplacement de Payet, Thauvin qui couraille sur une dizaine de mètres pour de nouveaux mamours à son capitaine préféré. Payet et Thauvin ont profité de la très large victoire de l’OM face à Lille, ce samedi ( 5-1), pour mettre en scène leur « réconciliation ».

Ils mettent en scène et on met des guillemets : la brouille était anecdotique. « On s’est engueulés, ça arrive, et ça nous arrivera encore », souriait Payet en zone mixte, pour évoquer sa mine boudeuse et ses gestes énervés en fin de match, à Troyes : « Je ne lui aurais pas laissé le penalty le week-end dernier ! Mais là, comme on se trouvait bien… » L’offrande a « surpris » Thauvin, qui décrivait, lyrique, « un geste magnifique, digne d’un grand joueur. »

« Qu’on soit tendu quand on est sur le terrain et que ça ne se passe pas comme on veut, c’est normal. L’important c’est que ce soit réglé après le match, et c’était le cas », enchaînait FloTov. Les séances de « media-training » à la Commanderie lui ont beaucoup appris, et pas seulement qu’il faut toujours reprendre les questions des journalistes télé, pour leur simplifier la vie au montage. « Oui, c’est vrai que Kostas Mitroglou est inarrêtable » (deux buts de plus), « oui, c’est vrai que l’an dernier j’avais mis 15 buts et que je voulais faire mieux. »

Thauvin meilleur que Griezmann

Il fait en réalité beaucoup mieux : il est désormais le Français le plus décisif en Europe, devant Griezmann, avec 22 buts et 16 passes toutes compétitions confondues. Face au Losc, il n’a pas célébré son doublé (en 18 minutes), au nom de son « passé un peu bizarre » avec un club qu’il a quitté sans jamais y avoir joué.

Dimitri Payet a porté 95 fois le maillot lillois, alors voir son ancien club au fond du gouffre lui fait « de la peine. » Mais moins que de noter que Neymar est toujours devant lui au classement des meilleurs passeurs de Ligue 1 ? Sa passe décisive pour Ocampos va permettre à l’artiste réunionnais de recoller à une petite passe du convalescent brésilien (12 à 13). « Ce n’était pas l’objectif, mais c’est bien pour moi, bien pour tout le monde. »

Tout va bien pour Payet, tout va bien pour Thauvin, tout va bien pour l’OM, toujours troisième ex aequo. Les solistes déroulent, s’accordent, et l’orchestre applaudit. Pas à l’unisson, toutefois. « Il faut que certains soient plus concernés par le repli défensif. » Rudi Garcia sait, lui, aussi, viser juste.