Marseille-Leipzig: Pour Rudi Garcia, «on fait ce métier pour ces moments-là»

FOOTBALL L'OM est qualifiée pour les demis de l'Europa League...

20 Minutes avec AFP
— 
Rudi Garcia après le but de Sakai.
Rudi Garcia après le but de Sakai. — Claude Paris/AP/SIPA

Auteurs d'un énorme match contre Leipzig (Dimitri Payet, dans mes bras), les Marseillais se sont qualifiés pour les demi-finales de la Ligue Europa. Battus 1-0 à l'aller, et rapidement menés au retour, les Phocéens ont vite réagi, et ont tenu jusqu'à la fin du match (5-2), malgré une frayeur en milieu de seconde période.

Alors forcément, Rudi Garcia, l'entraîneur marseillais se félicite de cette victoire:

« Ce sont des moments peu nombreux dans une carrière et qu'on aime vivre. On fait ce métier pour ces moments-là, de communion collective. C'est une grande soirée de Coupe d'Europe. Ce n'est pas souvent qu'on bat une équipe allemande avec cinq buts en quart de finale. Les joueurs savaient qu'il n'était pas rédhibitoire d'encaisser un but. Pour gagner ce genre de match, il faut que tout le monde soit au top. Payet a été le grand meneur de cette équipe. »

« Le Vélodrome a été chaud comme la braise »

Rudi Garcia est ensuite revenu sur le rôle du stade Vélodrome, bouillant pendant quasiment toute la rencontre face à Leipzig:

« La fierté, c'est aussi de voir un Vélodrome en feu toute la soirée. On se rend compte combien ce stade et ce public peuvent être spéciaux. Après la Roma, j'avais besoin de retrouver un public latin. Ce soir, il a été chaud comme la braise. On sait qu'on pourra compter sur lui et qu'il sera notre douzième homme en demi-finale, où il n'y a que de grosses équipes. Mais on a un seul objectif: aller en finale. On a scoré cinq fois, c'est bien. »

Il est aussi revenu sur le rôle clé joué par Hiroki Sakai dans cette victoire. Le latéral japonais a été l'un des meilleurs Marseillais de la rencontre, avec Dimitri Payet, et a inscrit le cinquième but en contre, qui a définitivement scellé la victoire de l'OM.

« Il faudrait que ce soit son anniversaire à chaque fois. C'est un beau clin d'oeil. La fête que lui ont fait ses coéquipiers est à la hauteur de l'amour qu'on lui porte tous. Il est très agréable dans un groupe. Et puis il a été courageux car il souffrait des adducteurs à la mi-temps. Et il a tenu. »

Dernière équipe française en lice en coupe d'Europe, Marseille connaîtra son adversaire en milieu de journée.