Rony Lopes savoure son but décisif devant les défenseurs lyonnais Jérémy Morel, Marcelo et Kenny Tete, tous abattus dimanche.
Rony Lopes savoure son but décisif devant les défenseurs lyonnais Jérémy Morel, Marcelo et Kenny Tete, tous abattus dimanche. — YANN COATSALIOU / AFP

FOOTBALL

Monaco-OL: «Il faut faire redescendre sur terre des joueurs», peste Jean-Michel Aulas

Comment les Lyonnais ont-ils pu perdre ce match si bien embarqué à Monaco (3-2) dimanche ? Bruno Genesio et Jean-Michel Aulas risquent de se poser très longtemps la question...

  • En menant de deux buts puis en étant une supériorité numérique durant une mi-temps à Monaco, l’OL avait toutes les cartes en main pour reprendre la deuxième place à l’OM dimanche.
  • Le scénario renversant de ce choc (3-2) à Louis II a fortement déplu à Jean-Michel Aulas et à Bruno Genesio, sonnés par cette deuxième défaite de rang.

Le scénario assez dingue de la défaite lyonnaise à Monaco dimanche (3-2) a sans surprise fait grincer des dents dans le club. Comment une équipe maîtrisant à ce point son sujet durant la première demi-heure (0-2) a-t-elle pu ainsi se liquéfier ? Au point d’être incapable de créer la moindre différence durant toute une mi-temps à 11 contre 10 (expulsion de Keita Baldé, 44e) avant d’être crucifiée par l’audace de Rony Lopes (3-2, 88e).

>> A lire aussi : Monaco-Lyon: Malgré deux buts d'avance puis une supériorité numérique, l'OL s'effondre

« C’est une faute grave de ne pas gagner ce soir, a immédiatement reconnu Bruno Genesio. Pire, même, de perdre, après notre très bonne entame. Puis on s’est pratiquement arrêté de jouer dès qu’on a mené 2-0. On était un de plus sur le terrain, ce qui ne s’est pas vu. On ne peut pas se réfugier derrière la jeunesse de l’effectif. »

« J’ai vu une équipe un peu tétanisée »

Un effectif qui a si souvent été loué ces dernières semaines, et qui à l’image de Nabil Fekir, Houssem Aouar et Tanguy Ndombele dans le cœur du jeu, est passé à côté de ce rendez-vous charnière dans la course à la deuxième place (l’OM compte à présent trois points d’avance). Les trois buts encaissés pour la deuxième fois de la semaine (après le surprenant 3-1 à Bordeaux) ne peuvent pas non plus être le fruit du hasard tant Jérémy Morel et Marcelo sont apparus fébriles.

« Les joueurs ne se sont pas surpassés, regrette ainsi Jean-Michel Aulas en pointant ''un gâchis''. On semblait supérieurs techniquement mais on n’a pas accéléré. J’ai vu une équipe un peu tétanisée alors que tout semblait nous réussir. Il y a un travail mental à faire. Il faut faire redescendre sur terre des joueurs qui ont cru qu’ils allaient gagner car ils se sentaient bons. »