OL-OM: La bourde de Mandanda, le réalisme de Mariano Diaz... Comment Lyon a su arracher l'Olympico

FOOTBALL Les Lyonnais ont battu l'OM (2-0) ce dimanche lors d'un match qui pourrait compter dans la course à la deuxième place en Ligue 1...

Jérémy Laugier

— 

Mariano Diaz a encore été décisif en inscrivant son 13e but en L1.
Mariano Diaz a encore été décisif en inscrivant son 13e but en L1. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Pour le sommet de la 18e journée de Ligue 1, l’OL s’est montré le plus réaliste en l’emportant 2-0 contre Marseille.
  • Un Olympico surtout marqué par une énorme boulette d’emblée de Steve Mandanda sur un coup franc anodin de Nabil Fekir.

Le choc des Olympiques n’a pas toujours tenu ses promesses ce dimanche. Mais bien plus réaliste et porté par son incontournable tandem offensif Nabil Fekir-Mariano Diaz, l’OL a pris un ascendant sur Marseille dans la course à cette deuxième place (2-0).

>> A lire aussi : Ligue 1: Un tout petit Lyon bat un petit Marseille (2-0) et s’accroche au podium de Ligue 1… Revivez OL-OM en live

Mandanda coûte très cher à l’OM. Comme à Monaco (6-1), contre Rennes (1-3), à Nice (2-4) et à Bordeaux (1-1), l’OM a été fidèle dimanche à sa tradition du but diffusé en clair lors d’une affiche du dimanche soir sur Canal +. Cette fois, le running gag est clairement pour Steve Mandanda.

Sur un coup franc de plus de 30 mètres puissant mais au milieu des buts, le gardien marseillais a mal jugé le rebond haut et a signé une bourde assez énorme (1-0, 6e). Si le numéro 2 des Bleus s’est repris plus tard avec de solides arrêts face à Mariano Diaz (47e, 51e) et Maxwel Cornet (84e), il reste le seul joueur de l’OM à être passé au travers durant la première période.

L’OM très mal payé à la mi-temps. Hormis le coup du sort initial, les Marseillais n’ont absolument pas subi la moindre occasion des hommes de Bruno Genesio. La mainmise technique de la bande à Dimitri Payet a parfois été criante lors de longues séquences de possession, comme sur une situation conclue par une frappe de Lucas Ocampos repoussée par Anthony Lopes (37e).

Ce dernier s’était déjà montré décisif sur un coup de tête d’Adil Rami (14e) et il a remis ça en fin de rencontre face à Luiz Gustavo (90e + 2). L’OM peut vraiment nourrir des regrets tant son plan de jeu était alors cohérent. A l’image d’une tentative lointaine de Morgan Sanson échouant sur le poteau de l’international portugais (73e), Marseille n’était pas dans un soir de réussite.

>> A lire aussi : OL-OM: Ils les ont saoulés (souvent), conquis (parfois)... Comment Bruno Genesio et Rudi Garcia sont vus par les supporters

Mariano Diaz, ce buteur hors pair. Ses détracteurs pourront faire mine de ne retenir que cette contre-attaque sur laquelle il a totalement oublié de servir Maxwel Cornet. Mais Mariano Diaz a encore levé les doutes qui entouraient son recrutement cet été. L’attaquant espagnol n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent mais c’est bien lui qui a mis son équipe à l’abri en inscrivant avec rage son 13e but en 18 matchs de L1 (2-0, 51e).

OK, il ne sent pas toujours le jeu. OK, il est encore sorti en faisant la gueule (remplacé à la 78e minute par Jordan Ferri), mais l’OM ne serait pas malheureux de le compter dans son effectif. Car en face, Valère Germain a traversé la rencontre sans avoir un véritable impact, tout comme Konstantinos Mitroglou pendant une demi-heure. La différence actuelle des deux Olympiques se fait aussi un peu là cette saison.