TFC: Entre Pascal Dupraz et les supporters toulousains, l'histoire d'amour tourne mal

FOOTBALL Longtemps adulé par le public toulousain, Pascal Dupraz suscite de plus en plus de critiques chez les supporters d’un TFC en chute libre…

Nicolas Stival

— 

Pascal Dupraz, l'entraîneur du TFC, lors du match de Ligue 1 à Nantes, le 4 novembre 2017.
Pascal Dupraz, l'entraîneur du TFC, lors du match de Ligue 1 à Nantes, le 4 novembre 2017. — L. Venance / AFP
  • Outre les résultats et le jeu du TFC, de nombreux supporters critiquent le comportement de l’entraîneur.
  • S’ils lui sont éternellement reconnaissants pour l’exploit du maintien en 2016, certains réclament même son départ.
  • Après cinq matchs sans victoire en L1, le quinzième de Ligue 1 joue gros ce samedi à Lille, chez le dix-huitième.

Longtemps, les détracteurs de Pascal Dupraz à Toulouse se sont faits aussi discrets que le Dahu dans les montagnes ariégeoises. Idolâtré, l’architecte du miracle du maintien au printemps 2016 avait même hérité dans la foulée du surnom mystique de « Dieupraz ».

20 août 2016 au Stadium de Toulouse: la «Duprazmania» à son zénith.
20 août 2016 au Stadium de Toulouse: la «Duprazmania» à son zénith. - P. Pavani / AFP

La saison dernière, mitigée et bouclée à la treizième place de Ligue 1, n’y avait (presque) rien changé. Mais depuis plusieurs semaines, au fil de la décrépitude sportive des Violets, les critiques sont apparues, d’abord sur les forums et les réseaux sociaux, puis dans la vraie vie, contre les choix tactiques et le coaching de l'ancien chaman d'Evian-Thonon-Gaillard.

Mercredi au Stadium, des injures sont même arrivées jusqu’aux oreilles du bouillant technicien savoyard, qui s’est emporté après la défaite à domicile contre Nice (1-2) devant à peine 10.348 spectateurs. « On a le droit de siffler le coach, c’est bien logique, par contre il ne faut pas aller jusqu’aux insultes qui mêlent vos parents », a grincé Dupraz. Au sortir d’un cinquième match d’affilée sans victoire, l’entraîneur du 15e de Ligue 1 a même évoqué la possibilité d’aller en découdre dans les tribunes.

« Cela commence à être un peu pénible qu’il s’en prenne aux supporters, réplique Marco des Indians Tolosa 93, principal groupe ultra au soutien du club. Chez les Indians, on est tous à peu près sur la même longueur d’onde. Il faut qu’il se calme. Je ne vois pas où il veut en venir, ni ce que cela peut lui apporter. Il a commencé à s’en prendre au public après le match contre Saint-Etienne [0-0, le 29 octobre]. Jusque-là, le début de saison n’avait pas été mauvais sur le plan comptable. Mais à partir de cette rencontre, ça a commencé à être catastrophique. On a l’impression que tout le monde est tendu au sein du club. »

>> A lire aussi : TFC-Nice: Après cet incroyable scénario, jusqu'où les Toulousains peuvent-ils descendre?

Et la tension semble contagieuse, même si les amoureux du TFC sont divisés quant à l’avenir de Dupraz, la fracture passant parfois à l’intérieur des différents groupes.

« Notre philosophie c’est que ce sont les joueurs qui sont sur le terrain, pas l’entraîneur, observe Alain Grolier, président des Supporters des Violets, le fan-club officiel et donc, logiquement, pas le plus vindicatif. Il y a des lacunes dans le jeu, des joueurs qui essaient de faire le maximum alors que d’autres… A l’entraînement, on voit le travail de Pascal Dupraz. On souhaite qu’il trouve des solutions. Certains dans notre groupe s’interrogent sur le choix des joueurs, mais on n’en est pas à crier au loup. »

Du côté des Indians, si, comme l’indique Marco.

« Vu ce qu’il a fait pour le club, j’ai l’impression que personne n’ose dire qu’il faut qu’il se barre, même si tout le monde le pense. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu une équipe aussi dégueulasse à Toulouse, même sous Arribagé [mars 2015-février 2016]. Si Dupraz n’arrive pas à trouver de solutions, il faudrait qu’il parte de lui-même. Cela avait si bien commencé… »

Ce n’est pas le scénario qui semble se dessiner. Le technicien de 55 ans, sous contrat jusqu’en 2019, endosse la responsabilité des mauvais résultats, tout en répétant qu'il n'entend pas démissionner et qu’il compte bien redresser la barre. Et tant pis si de nombreux amoureux du TFC, devenus mécréants, ont cessé de croire en « Dieupraz ».