TFC-Nice: Et si cette victoire renversante à Toulouse servait (enfin) de déclic aux Aiglons?

FOOTBALL Barragistes avant cette 15e journée de Ligue 1, meurtris par la raclée lyonnaise, les Niçois se sont relancés mercredi soir à Toulouse…

Nicolas Stival

— 

La joie des Niçois après le but victorieux de Bassem Srarfi à Toulouse, le 29 novembre 2017 en Ligue 1.
La joie des Niçois après le but victorieux de Bassem Srarfi à Toulouse, le 29 novembre 2017 en Ligue 1. — R. Gabalda / AFP
  • Vite mené, réduit à dix, le Gym a réussi à égaliser puis à battre in extremis le TFC.
  • Les coéquipiers de Dante, expulsé au Stadium, ne se sont jamais désunis et peuvent espérer des lendemains meilleurs.

On s’en doutait un peu, mais Lucien Favre n’est vraiment pas du genre à s’enflammer devant la presse. « On va savourer un petit peu et puis il faudra préparer le match de Metz », a tout simplement lâché l’entraîneur suisse après le succès du Gym à Toulouse, ce mercredi soir (1-2). Une victoire arrachée dans les arrêts de jeu grâce au remplaçant Bassem Srarfi, par une équipe menée dès la troisième minute et réduite à dix contre onze pendant 40 minutes, jusqu’au carton rouge reçu par le défenseur du TFC Kelvin Amian (80e) qui a rééquilibré les effectifs…

>> A lire aussi : Toulouse est impardonnable, Srarfi héros inattendu des Niçois

Sans ce renversement complet de situation, le troisième de Ligue 1 la saison dernière occuperait après 15 journées l’avant-dernière place du championnat. Et la position de Favre serait devenue franchement inconfortable,trois jours après la gifle infligée par Lyon à l'Allianz Arena (0-5).

Le capitaine Dante ruminerait sans doute davantage son expulsion pour deux avertissements reçus entre la 37e et la 40e minute. « Franchement, je ne sais pas si je méritais ces cartons jaunes, lance le défenseur brésilien. Mais j’ai toujours eu confiance en cette équipe. Il y a du caractère, des hommes. »

Benitez décisif dans les buts

Et un gardien qui a fait le métier, à un poste où Nice souffre depuis le début de saison. « Le penalty sauvé par Walter Benitez [à la 49e minute] redonne de l’élan à l’équipe, se félicite Favre. A 2-0, cela aurait été difficile. On a vu la réaction des joueurs et senti ensuite une certaine fébrilité chez nos adversaires. » A l’inverse du Toulousain Jimmy Durmaz, Mario Balotelli ne ratera pas son penalty (80e) afin de permettre à son équipe d’égaliser, après une faute sur Arnaud Souquet de Kelvin Amian, expulsé dans la foulée.

« Les faits de jeu nous ont poussés dans nos retranchements, souligne justement Souquet. On n’a pas lâché. Une cohésion se crée dans le groupe. Même à dix, on a maîtrisé ce match. On a retrouvé une belle équipe de Nice. » Pourvu que cette « belle équipe » ne se perde pas de nouveau entre Toulouse et la Côte d’Azur, alors qu’une victoire sur la lanterne rouge messine samedi à domicile est impérative afin que l’actuel quatorzième de L1 se donne vraiment un grand bol d’air.