TFC-Nice: Toulouse est impardonnable, Srarfi héros inattendu des Niçois

FOOTBALL Alors qu’il aurait pu mener 2-0, le TFC a chuté contre Nice, mercredi soir au Stadium…

Nicolas Stival

— 

Le Toulousain Max-Alain Gradel face au Niçois Christophe Jallet, le 29 novembre 2017 au Stadium de Toulouse.
Le Toulousain Max-Alain Gradel face au Niçois Christophe Jallet, le 29 novembre 2017 au Stadium de Toulouse. — R. Gabalda / AFP
  • Toulouse a réussi à perdre un match qu’il menait 1-0 à onze contre dix.
  • Durmaz a raté le penalty du 2-0.
  • Balotelli et Srarfi permettent à Nice de repartir du Stadium avec une victoire inespérée.

C’était un match entre équipes malades, ce mercredi soir au Stadium. D’un côté, Toulouse et ses quatre rencontres sans victoire, de l’autre Nice et son unique succès lors des huit dernières rencontres de Ligue 1. Malgré sa supériorité numérique pendant 40 minutes, le TFC n’a pas réussi à tenir le score, avant même de s’incliner dans les arrêts de jeu…

Ces Violets sont incorrigibles. Après leur non-match à Dijon, samedi (3-1), les Toulousains s’étaient promis une révolte. Elle a eu lieu dès la 3e minute, sur un centre de Blin pour Delort, auteur de près de son quatrième but cette saison, le deuxième en quatre jours. Mais le reste a été aussi médiocre que ces derniers mois.

Après Gradel ce week-end en Bourgogne, c’est Durmaz qui a raté un penalty (49e), qui aurait donné deux buts d’avance au TFC. Et comme Balotelli, transparent jusque-là, n’a pas manqué le sien alors que son équipe évoluait à dix contre onze (80e), puis que le remplaçant Srarfi a trompé in extremis Lafont (90e+2), Pascal Dupraz et ses joueurs poursuivent leur descente. 15es de Ligue 1, ils ne comptent plus qu’un point d’avance sur Lille, barragiste.

Des Niçois à réaction. Séduisants troisièmes la saison dernière, les joueurs de Lucien Favre ont longtemps été virtuels relégables mercredi soir du fait du succès lillois à Lyon (1-2). Jusqu’au but de la délivrance de Srarfi. Cette réalisation leur permet de doubler Toulouse et de remonter à la 14e place. Il n’y avait pas meilleure façon de préparer la réception samedi des Messins, qui ont déjà un pied et quatre orteils en Ligue 2.

Une affaire d’expulsés. En trois minutes et deux cartons jaunes, Dante a cru plomber Nice. D’abord auteur d’un coup de coude sur Delort (37e), le capitaine brésilien a ensuite fauché Durmaz (40e). Logiquement expulsé, l’expérimenté défenseur de 34 ans a laissé Nice en infériorité numérique pendant 40 minutes. Jusqu’à l’expulsion du Toulousain Amian pour avoir accroché Souquet dans sa surface, et concédé le penalty de l’égalisation…