Strasbourg-Saint-Etienne: Première restriction de déplacement, le retour du Racing en Ligue 1 n'a pas que des avantages

FOOTBALL Pour la première fois de la saison, les supporters strasbourgeois se voient restreindre leur déplacement à Saint-Etienne pour encourager le Racing ce vendredi (20h45). Un des désavantages de la Ligue 1...

Bruno Poussard

— 

En Ligue 1, le Racing club de Strasbourg joue à un niveau supérieur forcément plus beau, mais dans l'élite et dans un stade plus rempli, il n'y a pas que des avantages.
En Ligue 1, le Racing club de Strasbourg joue à un niveau supérieur forcément plus beau, mais dans l'élite et dans un stade plus rempli, il n'y a pas que des avantages. — AFP
  • Pour la première fois de la saison, les supporters du Racing se voient restreindre leur déplacement à Saint-Etienne.
  • Une décision préfectorale qui marque un des désavantages du retour dans une Ligue 1 forcément plus regardée.
  • A côté, les billets de matchs à la Meinau sont notamment beaucoup plus compliqués à obtenir depuis cet été.

Ce vendredi, Guillaume devait descendre à Saint-Etienne en voiture avec des potes. Mais il ne pourra finalement pas encourager le Racing club de Strasbourg à Geoffroy-Guichard ce soir (20h45). La faute à un arrêté préfectoral déposé mercredi afin de limiter le déplacement à 700 supporters alsaciens, en bus et encadrés par la police.

>> A lire aussi : Ligue 1: Le déplacement des supporters de Strasbourg à Saint-Etienne restreint par un arrêté

« C’est aberrant, il n’y a pas d’argument de fond, regrette-t-il. Aucun antécédent entre les deux clubs. Et aucun affrontement passé entre Strasbourgeois et Stéphanois n’est évoqué dans l’arrêté. » Ces restrictions, les fans strasbourgeois les craignent aussi pour le déplacement au FC Metz, en décembre. Un des désavantages de la Ligue 1…

Les encadrements préfectoraux. Certes, un tel arrêté aurait très bien pu être aussi déposé en Ligue 2. Mais ils sont nettement plus fréquents dans l’élite, où l’on trouve la plupart des plus beaux publics. Depuis cet été, les déplacements des Nantais puis des Marseillais au stade de la Meinau ont été concernés. Avant ceux de Paris, désormais.

Pour la réception de l’ogre parisien le 2 décembre, le préfet du Bas-Rhin aurait ainsi décidé d’encadrer de la même manière la venue des fans franciliens, limités à 300, en bus et sous surveillance policière. En réaction, le collectif des ultras parisiens a ainsi décidé de boycotter ce déplacement à Strasbourg en pleine période de marché de Noël.

Xavier est surtout dérangé par cette « sursécurité imposée » : « On peut remplir un stade en National ou en CFA, se déplacer dans des stades non sécurisés, utiliser des fumigènes, le tout en s’organisant avec les autorités. Sous prétexte que c’est la Ligue 1 ou la Ligue 2, d’un coup, ça pose des problèmes qui n’existaient pas en amateur. »

Les galères pour trouver des billets. Ces arrêtés jugés par beaucoup comme des « atteintes aux libertés individuelles » ne sont pas les seuls désagréments des supporters alsaciens depuis le retour du Racing dans l’élite - « même si on préfère tout de même la Ligue 1 pour son niveau », recadre Guillaume. A commencer par l’achat de billets.

Abonné, Jérémy évoque notamment un « rush insupportable » pour réussir à amener avec lui un proche qui ne dispose pas du fameux sésame. Tandis que JP, lui, regrette « les places supplémentaires réservées aux abonnés alors qu’il n’y a déjà pas beaucoup de places de dispo. » Avec 15.650 abonnés, la vente du reste va parfois très vite…

Des footix venus pour Neymar plus que pour le Racing. La billetterie est surtout prise d’assaut pour les gros matches. PSG en tête. Où certains footix ne viendront que pour le prestige du leader ou sa pépite, le Brésilien Neymar. En vendant des packs pour deux matches à la fois, le club tente néanmoins d’éviter d’avoir des fans d’un match.

La mission pour s’assurer une place dans le kop. Sébastien n’hésite pas à parler des « clandestins de la tribune ouest haute » pour parler des « petits malins » qui truandent pour rentrer dans le kop sans place dédiée à cet endroit : « Et contre Marseille, on s’est retrouvés comme des sardines au niveau des escaliers (…), c’est exaspérant. »

Le kop est encore plus blindé en Ligue 1 qu'en Ligue 2 au stade de la Meinau.
Le kop est encore plus blindé en Ligue 1 qu'en Ligue 2 au stade de la Meinau. - Bruno Poussard / 20 Minutes

Guillaume ne va pas si loin, mais il a aussi remarqué le phénomène, accentué encore depuis la montée en Ligue 1 : « Je discute souvent sur le parvis avant le match, mais à voir comment la tribune est remplie, il faut forcément rentrer tôt dedans… » Comme pour espérer rentrer à la boutique ou aller à la buvette à la pause, mieux vaut ne pas traîner.

Et des joueurs plus encadrés ? L’élite entraîne son lot de sollicitations supplémentaires, le public continuant d’augmenter. Si les conditions de travail médiatique ont finalement peu changé, Guillaume sent les joueurs plus protégés : « Les entraînements restent ouverts au public mais des barrières ont été ajoutées et on n’a plus le droit de filmer. Notre club reste à part, mais j’ai l’impression qu’il se referme un peu. »