Bulgarie-France: Tolisso et Lacazette titulaires? L’académie lyonnaise est formidable

FOOTBALL Les deux anciens lyonnais sont pressentis pour débuter à Sofia…

Julien Laloye

— 

Umtiti, Girezmann et Lacazette, cette semaine à Clairefontaine.
Umtiti, Girezmann et Lacazette, cette semaine à Clairefontaine. — J.E.E/SIPA
  • Lacazette, qui n'a jamais eu la confiance de Deschamps, pourrait remplacer Giroud à la surprise générale
  • Le sélectionneur aurait décidé d'opter pour un retour à un milieu à trois en Bulgarie

De notre envoyé spécial,

Grosse surprise en découvrant l’Equipe ce matin avec un bon petit thé à la menthe à deux pas de l’immense cathédrale Alexandre Nevski de Sofia. Le quotidien sportif de référence annonce que le sélectionneur aurait opté pour un 4-3-3 avec Corentin Tolisso au milieu de terrain et Alexandre Lacazette en pointe, à la place de Giroud. Cela ne vient pas de la séance à huis clos de la veille. Pour y avoir jeté un œil discret, aucune mise en place tactique digne de ce nom, sans doute une sage précaution dans un stade à l’ancienne ouvert aux quatre vents.

>> A lire aussi: Bulgarie-France: «Ce n’est pas la peine de créer une tension négative », les Bleus dédramatisent le match de Sofia

Cela n’est pas non plus la tendance générale, puisque la plupart des autres médias chasseurs de compos donnent le 4-4-2 habituel avec un seul doute entre Payet et Sissoko, mais on ne va pas faire comme si on était mieux informé seul qu’à dix mecs avec dix fois plus d’expérience que nous. Bref, partons du principe que c’est vrai.

Pourquoi ce serait surprenant ?

  • Cela voudrait dire abandonner le 4-4-2, auquel Deschamps n’a touché qu’une fois depuis qu’il l’a installé à a mi-temps du 8e de finale de l’Euro 2016 contre l’Irlande. C’était face à l’Espagne, en amical, et l’expérience n’avait pas été très concluante (0-2)
  • Cela voudrait dire se priver de Giroud, lequel a toujours été titulaire (et efficace) quand il était appelé depuis l’Euro 2016, sauf blessure à l’automne dernier (Gameiro l’avait suppléé)
  • Cela voudrait dire exiler Griezmann sur un côté, alors que le coup de génie de Deschamps avait été précisément de bâtir son équipe autour du Madrilène en le laissant faire ce qu’il veut derrière un attaquant remiseur.
  • Cela voudrait dire mettre à la fois Payet et Lemar sur le banc, soit le héros de la première partie de l’Euro et le héros des Pays-Bas, le dernier grand match des Bleus le mois dernier
  • Cela voudrait dire plonger dans l’inconnu pour le match le plus important depuis le funeste soir de France-Portugal, ce qui n’est pas tout à faire le genre de la maison

 

Pourquoi ce n’est pas si fou, quand on y réfléchit ?

C’est un peu tiré par les cheveux, mais en rembobinant un peu jusqu’à la communication de la liste jeudi dernier, quelques indices peuvent laisser présager ce type de surprises. Prenons le cas Lacazette, qu’on pensait partir de très loin, de plus loin, en tout cas, que Griezmann, Giroud et Mbappé pour une place d’attaquant axial. Interrogé sur le cas de l’ancien lyonnais, Deschamps avait pris le temps de détailler sa réponse :

« Je dois aussi être honnête à son propos, sur ses 13 sélections, il n’a pas eu beaucoup de temps de jeu. Il a été titulaire deux fois contre l’Albanie, dans des circonstances un peu particulières [en fin de saison], le potentiel il l’a, à lui de le montrer, même s’il est sans doute plus performant quand il commence les matchs que quand il rentre ».

Tout est dans la dernière partie de la phrase, peut-être. Lacazette n’a jamais rien montré en sortie de banc en équipe de France, il n’a plus l’habitude de ce rôle de joker en club, mais le sélectionneur, après lui avoir longtemps porté une estime discutable, semble avoir décidé de lui donner une chance. DD a même précisé avoir eu « une longue discussion avec lui » pour lui dire ce qu’il en attendait en sélection. Cela avait marché avec Payet, et c’est aussi une façon d’anticiper à plus long terme le basculement en cours entre Giroud et Lacazette. A Arsenal, c’est le second qui remplace le premier, et ça ne devrait pas s’arrêter si l’ancien lyonnais marque aussi régulièrement (4 buts en 7 matchs avec Arsenal, 37 la saison passée).

Pour ce qui est de Tolisso, ce ne serait qu’une demi-surprise dans la perspective d’un milieu à trois. Sans Pogba, cela se joue entre Rabiot et lui, or Tolisso peut se prévaloir, au moins, du même impact athlétique que le Parisien, et surtout d’un apport offensif sans équivalent à son poste en Europe (17 buts et une dizaine de montants l’an dernier avec l’OL). Et puis, ce ne serait pas la première fois que Deschamps fait confiance à un Lyonnais qui vient de quitter son club. Umtiti ne comptait pas beaucoup avant de devenir la surprise de l’Euro le jour où il a signé au Barça…

Enfin, et c’est aussi le mouvement logique d’une jeunesse qui n’attend plus, surtout quand elle a un talent pareil, le passage au 4-3-3 serait une manière d’installer Mbappé dans les meilleures conditions possible. A gauche, à droite, ou plus certainement un peu des deux, sans devoirs défensifs trop importants avec Matuidi, Kanté et Tolisso pour rattraper les coups derrière lui. Pour tout dire, on a encore plus hâte d’être à ce soir, si c’est bien ça.