France-Angleterre: Emballants en attaque et fébriles derrière, les Bleus finissent leur saison sur une victoire

FOOTBALL Les Bleus ont battu les Anglais (3-2) au terme d'un match très enlevé, grâce notamment à l'apport de Mbappé, Dembélé et Lemar en attaque...

Au Stade de France, Nicolas Camus

— 

Dembélé et Giroud lors de France-Angleterre en amical, le 13 juin 2017 au Stade de France.
Dembélé et Giroud lors de France-Angleterre en amical, le 13 juin 2017 au Stade de France. — Thomas SAMSON / AFP

Allez, au moins on ne partira pas en vacances fâchés. Pour son dernier match de la saison, la France a battu l’Angleterre, hier, en amical (3-2). Entre la folie apportée par les jeunes bleus en attaque et les errements défensifs qui ont coûté cher, on ne s’est pas ennuyé une seconde. Ça n’effacera pas la défaite en Suède, mais ça fait du bien. Et Didier Deschamps va avoir matière à réfléchir.

>> La victoire des Bleus face aux Anglais à revivre en direct par ici

L’équipe rajeunie de DD. On voulait du jeu, on en a eu. Quatre jours après l’immobilisme suédois, la composition choisie a donné du peps aux Bleus. Lemar a été magnifique de justesse, Dembélé et Mbappé ont rendu fous les Anglais. Le but de la victoire, inscrit par le premier sur une passe du second, est une belle récompense (78e) de leurs innombrables courses et dribbles. Le potentiel offensif des Bleus est sans fond.

Mon dieu cette défense. Cet allant offensif n’est pas non la solution à tous les problèmes des Bleus. Quand Deschamps parle d’équilibre à maintenir, ce n’est pas en l’air. Les trous d’air derrière ont causé deux buts et fait passer bien des frayeurs. Dembélé a laissé Sidibé se débrouiller à droite, et le l’ouverture du score de Kane est venue de là (9e). Son penalty au retour des vestiaires (48e), doublé de l’expulsion de Varane, est parti d’une mésentente sur un ballon anodin. Dommage.

Paulo a régalé. Il n’a ni marqué ni délivré de passe décisive. Pas grave. Critiqué pour son manque d’influence en Suède, Pogba a sûrement livré son meilleur match en sélection. Omniprésent au milieu - et bien aidé par Kanté, énorme également -, il a ratissé large, relancé propre et enrobé le tout de gestes techniques à vous faire lever de votre siège. Quand il joue à ce niveau, son niveau, il éteint tout débat.