CFC: Pour son retour à la télé après son opération, Pierre Ménès s'attend à «pleurer»

FOOTBALL Il revient au Canal Football Club sept mois d'absence et des greffes de foie et de rein qui lui ont sauvé la vie...

20 Minutes avec AFP

— 

Pierre Ménès le consultant de Canal + le 25 mai 2016
Pierre Ménès le consultant de Canal + le 25 mai 2016 — NIVIERE

Connu pour son franc-parler et sa forte personnalité, le journaliste sportif Pierre Ménès va «renaître» dimanche soir dans le Canal football club de Canal+ après sept mois d'absence et des greffes de foie et de rein qui lui ont sauvé la vie, raconte-t-il à l'AFP.

«Même les gens qui ne m'aiment pas ont envie de me voir revenir», lance cette figure du commentaire footballistique, qui avoue avoir «peur de craquer pendant l'émission». Voire même de «pleurer», comme il le confie au Parisien. Le chroniqueur a quitté la grand-messe dominicale de Canal+ en août 2016, après une hémorragie interne. Les médecins diagnostiquent alors une cirrhose à celui qui ne boit pas d'alcool. 

Football - Rebirth: l'interview exclusive de Pierre Ménès par Hervé Math...

Pierre Ménès, 53 ans, raconte dans son livre «Deuxième mi-temps» (éditions Kero) ces mois de maladie et sa «résurrection» suite à une double greffe. Cinq mois pendant lesquels le journaliste «à l'appétit solide» est passé sous la barre des 100 kilos alors qu'il en a pesé 160.

>> A lire aussi : «J’étais en danger de mort, il me restait une semaine à vivre», Pierre Ménès évoque sa double greffe

«J'ai besoin de retrouver ma place, je ne pense qu'au jour où je vais revenir dans la vie active», explique Pierre Ménès, qui tient par ailleurs un blog, écrit des chroniques pour CNews Matin, fait des pronostics pour un site de paris, et a la gâchette facile sur Twitter.

Dans son livre, préparé avec la collaboration de l'écrivain Catherine Siguret, Pierre Ménès raconte le coaching intensif de sa compagne Mélissa et de sa mère, très présentes pour le soutenir pendant sa convalescence.

Et le chroniqueur n'épargne au lecteur aucun détail sur sa maladie, qui concerne 1% de la population en France et 5% aux Etats-Unis, selon les spécialistes. Il est devenu ambassadeur du dépistage de cette cirrhose surnommée «Nash», une forme avancée du foie gras non alcoolique, pour laquelle il n'existe aucun médicament approuvé, aucune pilule miracle.