Incidents racistes à Bastia: Mario Balotelli a été «très touché» par les cris de singe

FOOTBALL C'est son équipier Alassane Pléa qui l'affirme...

R.B. avec AFP

— 

Mario Balotelli lors du match entre Bordeaux et Nice le 21 décembre 2016.
Mario Balotelli lors du match entre Bordeaux et Nice le 21 décembre 2016. — NICOLAS TUCAT / AFP

L’attaquant international italien Mario Balotelli, qui a dénoncé des « bruits de singes » lors du derby émaillé d’incidents entre Bastia et Nice (1-1), « était très, très touché » à la fin de la rencontre, a expliqué dimanche son coéquipier Alassane Pléa.

« C’est vrai qu’on a entendu ça à l’échauffement, pendant le match aussi, a expliqué l’attaquant niçois sur le plateau de l’émission de TF1, Téléfoot. A la fin, il était très, très touché, même si ce ne sont que quelques supporters. »

« C’est une des premières fois qu’on entend ça et c’est un peu touchant au début », a encore expliqué Pléa, qui a rejoint l’OGC Nice en 2014 en provenance de Lyon.

Mario Balotelli a accusé samedi le public corse d’avoir « fait des bruits de singe (…) pendant tout le match » qui s’est joué vendredi. « J’ai une question pour le public français : est-ce normal que les supporters de Bastia fassent des bruits de singes et des "uh uh" pendant tout le match, et que personne des "commissions de discipline" ne dise quoi que ce soit ? »

« Est-ce que le racisme est légal en France ? Ou seulement à Bastia ? », a encore interrogé "Super Mario" sur son compte Instagram samedi matin. Le soir du match, la chaîne BeIN Sports a diffusé des images d’une poignée de supporters bastiais véhéments à l’égard de Balotelli, notamment lors de l’échauffement.

Ces images ont poussé la LFP à publier un communiqué samedi soir, dans lequel elle condamne « avec la plus grande fermeté les auteurs de ces agissements, qui n’ont rien à faire dans un stade de football », et indique que sa commission de discipline allait étudier « dès jeudi » les incidents lors de Bastia-Nice.