Le PSG ne gagne plus un match mais Emery est «content de l'attitude de l'équipe»

FOOTBALL Oui oui, vous avez bien entendu...

N.C.

— 

Unai Emery lors de la défaite du PSG à Guingamp (2-1), le 17 décembre 2016.
Unai Emery lors de la défaite du PSG à Guingamp (2-1), le 17 décembre 2016. — David Vincent/AP/SIPA

On appelle ça l'optimisme à toute épreuve. Ou alors se voiler la face, c'est vous qui voyez. Malgré la crise qui secoue le PSG et fragilise sa situation, Unai Emery s'est dit «content de l'attitude de l'équipe», ce mardi, lors de la conférence de presse à la veille du dernier match avant la trêve contre Lorient. «J'ai de l'expérience dans le football. Je suis optimiste, je connais mes responsabilités, c'est travailler, préparer. Avec une victoire demain, on va voir les choses différemment», a souligné le coach espagnol.

>> A lire aussi: Si ce n'est pas de la faute d'Unai Emery, qui est coupable du naufrage?

«Je suis content de l'attitude de l'équipe», a insisté le Basque, louant la motivation de ses joueurs qui se sont entraînés lundi «avec beaucoup d'intensité». On le croit, mais il faudrait maintenant le prouver en match. Car c'est justement «l'attitude» dont parle le Basque qui pose question vu de l'extérieur. 

Emery a une toute autre explication pour justifier les dernières contreperformances de son PSG. Selon lui, les nombreuses blessures de ses milieux de terrain ont coûté des points. «Pastore s'est blessé, Rabiot s'est blessé, Verrati s'est blessé. Thiago Motta a dû jouer beaucoup de matchs et s'est blessé. C'est une des causes qui explique que l'équipe ait perdu un peu de sa force», a-t-il analysé.

Le plus mauvais départ de l'ère qatarie

Le PSG a déjà encaissé quatre défaites en Ligue 1 avant la mi-saison, du jamais vu depuis l'arrivée des Qataris à la tête du club en 2011-2012. Paris n'est que 3e à sept points du leader Nice, déjà champion d'automne avant cette 19e journée.