Lille: Gérard Lopez a transmis une «offre ferme» pour un rachat «avant la fin de l'année»

FOOTBALL L'opération est en phase de finalisation...

N.C. avec AFP

— 

Gérard Lopez, candidat au rachat de l'OM, à l'époque où il était directeur de l'écurie de Formule 1 Lotus, en 2014.
Gérard Lopez, candidat au rachat de l'OM, à l'époque où il était directeur de l'écurie de Formule 1 Lotus, en 2014. — Staley/LAT/REX/REX/SIPA

Le repreneur potentiel de Lille Gérard Lopez a «adressé une offre ferme au président Michel Seydoux» pour le rachat du club, qui devrait intervenir «avant la fin de l'année» selon un communiqué transmis vendredi à l'AFP. «Au regard d'une analyse avancée du club et d'échanges fructueux, Gérard Lopez a adressé une offre ferme pour reprendre le LOSC», indique ce communiqué, qui confirme une information de la radio RMC Sport. «La finalisation du rachat devrait intervenir avant la fin de l'année.»

>> A lire aussi: Les questions qui se posent autour du rachat du Losc

Michel Seydoux avait annoncé à la surprise générale le dimanche 16 octobre être «heureux d'entrer en négociations exclusives avec Gérard Lopez, qui a le profil idéal pour me succéder au Losc.» Mercredi, l'entourage de l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois avait indiqué que le recruteur portugais Admar Lopes, passé par le FC Porto et Monaco, avait intégré ce projet de rachat du club, qui inclut également Luis Campos, ancien directeur sportif de l'ASM, et Marc Ingla, ex-directeur marketing du FC Barcelone entre 2003 et 2007.

Lopez assistera vendredi aux côtés de Seydoux à la rencontre Lille-Lyon au stade Pierre-Mauroy (20h45), en compagnie d'Ingla et Campos, pressentis pour devenir respectivement directeur général et directeur sportif du Losc. Le trio ne s'est en revanche pas rendu vendredi au Domaine de Luchin, le centre d'entraînement des Dogues, a indiqué l'entourage de l'homme d'affaires.

Objectif top 3 du championnat

«Aucune date butoir n'a été fixée» pour finaliser un accord de rachat, avait indiqué la semaine dernière une source proche du dossier, soulignant que la situation sportive délicate dans laquelle se trouve le Losc ne constituait pas un frein aux négociations: «Le projet reste le même, faire du Losc dans les deux ou trois ans à venir, un club qui peut rivaliser avec le PSG, être dans le Top 3 de la Ligue 1.» Le Losc, qui végète à la 18e place du championnat avec seulement 10 points en 12 matchs avant la réception de Lyon