Equipe de France: Faut-il sortir Paul Pogba face aux Pays-Bas?

FOOTBALL Le milieu des Bleus n'a pas été bon face à la Bulgarie et semble loin de sa meilleure forme...

N.C.

— 

Paul Pogba lors du match France-Bulgarie (4-1), au Stade de France, le 7 octobre 2016.
Paul Pogba lors du match France-Bulgarie (4-1), au Stade de France, le 7 octobre 2016. — Michel Euler/AP/SIPA

Ahhhh, Paulo. Dans le foot moderne, plus on a de talent, plus on fait causer. Et souvent de manière plus inspirée pour souligner les errements que les prouesses, c’est la loi du milieu. Pogba  est un cas d’école en la matière, et son retentissant transfert à 120 millions d’euros n’a pas arrangé ses affaires. S’il toussote, on envoie l’ambulance, direction les urgences.

>> A lire aussi: «Il savait qu'il fallait changer», on vous raconte le Pays-Bas-France qui a fait décoller Dimitri Payet

Ce n’est pas la première fois qu’on se pose des questions sur le milieu de terrain, mais sa première période face à la Bulgarie, vendredi, a été particulièrement mauvaise si l’on considère la faiblesse de l’adversaire. Frappes dans les nuages, ouvertures ratées, ballons perdus (12 lors des 35 premières minutes), manque de vitesse dans les transmissions et, surtout, absence de liant avec Antoine Griezmann devant lui, alors que cela devrait constituer un des axes forts des Bleus.

Son sélectionneur, ses coéquipiers, les supporters, les médias, tout ce petit monde ne lui veut évidemment que du bien. Ce serait tellement jouissif d’avoir un Paulo qui roule sur les milieux du monde entier et claque des frappes de 30 mètres. Sans aller jusque-là, on aimerait juste le voir épanoui, en fait. Faut-il pour cela en passer par sa mise sur le banc contre les Pays-Bas, lundi soir ? Ça lui permettrait peut-être de relâcher un peu la pression, et puis N’Golo Kanté est plus que taillé pour faire le job à sa place.

Coucou N'Golo !
Coucou N'Golo ! - BPI/Shutterstock/SIPA

Les avocats de la défense de Pogba ne veulent pas en entendre parler. Trois arguments - la jeunesse, sa place sur le terrain, les attentes trop fortes - ressortent souvent des débats sur son cas. Voilà ce qu’en pensent les Bleus, avec à la suite une petite réflexion qui n’engage que nous.

Il ne joue pas à sa place

Didier Deschamps : « Dans ce rôle, il se projette peut-être moins mais il est capable, aussi, de récupérer et de faire de bonnes passes. Ce n’est pas le registre où il est le plus mis en valeur, mais il doit comprendre que c’est pour le bien de l’équipe, comme à Manchester [United] où il évolue au même poste. »

>> Il n’était pas forcément plus décisif en jouant un poil plus haut dans le 4-3-3 longtemps utilisé par DD. Cette année, Griezmann s’est affirmé et c’est maintenant pour lui que le système est pensé. En toute logique.

Il est jeune

Laurent Koscielny : « Je peux comprendre les attentes autour de lui, il a d’énormes qualités et peut créer beaucoup de choses sur un terrain. Mais même quand il fait un bon match, on en veut encore plus. Il faut le laisser grandir. Il a encore besoin de temps pour progresser. C’est un garçon intelligent, bien dans sa tête. Laissons-le tranquille. »

>> Il a 23 ans, entame quand même sa cinquième saison au plus haut niveau et a passé la barre des 40 sélections. Bref, ce n’est plus un enfant et il a maintenant l’expérience pour exprimer son talent.

Il n’est pas là pour marquer des buts

Hugo Lloris : « L’équipe de France est une équipe, pas une somme individualités. On a beaucoup de joueurs qui peuvent faire des différences. L’objectif reste commun, et il est de se qualifier pour la Coupe du monde. »

Antoine Griezmann : « On attend de lui qu’il fasse jouer l’équipe, que ce soit la plaque tournante, pas qu’il marque des buts de cinquante mètres. »

>> On est d’accord. Voir Pogba en plaque tournante suffirait amplement à notre bonheur. Mais on n’en est même pas encore là.

Au final, seul Deschamps a la réponse. Le sélectionneur ne l’a jusqu’à maintenant jamais lâché, en en faisant le seul joueur à avoir pris part aux 16 derniers matchs des Bleus (dont 14 titularisations). S’il fait une entorse face aux Pays-Bas, ce ne sera de toute façon que l’histoire d’un match, en attendant le jour où son milieu de terrain clora le débat.