Equipe de France: La force des Bleus actuels? «Les anciens sont beaucoup plus ouverts», tranche Sissoko

FOOTBALL Le milieu de l'équipe de France trouve que les nouveaux venus s'intégrent facilement et que c'est une très bonne chose...

N.C., à Clairefontaine
— 
La joie des Bleus lors de France-Bulgarie (4-1), le 7 octobre 2016.
La joie des Bleus lors de France-Bulgarie (4-1), le 7 octobre 2016. — Michel Euler/AP/SIPA

Le sujet est venu comme ça, au détour d’une question sur  et son intégration dans l’équipe. Et si ce qui faisait la force de ces Bleus, ce n’était pas tant son attaque, son 4-4-2/4-2-3-1, ses coulissements sur les ailes ou n’importe quelle autre considération tactique, mais sa capacité à faire de la place aux petits nouveaux ? C’est en tout cas ce qui transpirait des propos de  , venu devant les médias samedi à Clairefontaine, au lendemain de  .

Le joueur de Tottenham a prononcé tellement de fois le mot « plaisir » (dans le jeu, d’être là, etc...) que ça ne pouvait pas être calculé. Dans la continuité du combo barrage contre l’Ukraine-quart de Coupe du monde 2014, la grande aventure de l’Euro a fini de souder tout le monde, au-delà du suranné « le groupe vit bien ». Et ceux qui sont là depuis longtemps veillent à ce que les derniers appelés s’en imprègnent et se mettent à l’aise.

« Je trouve que les joueurs qui arrivent maintenant sont plus à l’aise qu’auparavant et c’est tant mieux, juge Sissoko, qui mine de rien a commencé en Bleu en 2009, à 20 ans. Moi quand je suis arrivé la première fois, j’étais intimidé, il y avait les Henry, les Anelka, ce n’était pas évident. »

« Les anciens d’aujourd’hui sont beaucoup plus ouverts »

Ah, voilà que Moussa titille notre curiosité. On n’avait pas vraiment réalisé quand il avait lâché au début de son intervention que la France était « un groupe jeune, dans lequel il est plus facile de s’intégrer ».  a envie d’en parler, il serait dommage de ne pas en profiter. Pense-t-il que les anciens d’aujourd’hui sont moins hermétiques que ceux d’hier, sous-entendu moins claniques ? « Ceux d’aujourd’hui sont beaucoup plus ouverts », tranche-t-il. Sans rancune ni animosité aucune, que ce soit bien clair. C’est juste un constat, et s’il ne suffira pas à  , il peut toujours aider.