Equipe de France: Comment éviter un nouveau désastre bulgare vendredi?

FOOTBALL Les Bleus n’ont pas vraiment le droit à l’erreur s’ils veulent voir le Mondial 2018…

J.L.

— 

Antoine Griezmann et Blaise Matuidi devront guider les nouveaux arrivants au sein de l'équipe de France...
Antoine Griezmann et Blaise Matuidi devront guider les nouveaux arrivants au sein de l'équipe de France... — Valery HACHE / AFP

Ne crachons pas dans la soupe, il y a eu des semaines plus chiantes que ça à Clairefontaine. La Bulgarie, c’était cadeau pour envoyer la sauce sur novembre 93 et tout le tralala. Mais maintenant qu’on a épuisé le filon de la nostalgie, parlons vrai. Ce France-Bulgarie non plus, on n’a pas tellement droit de le perdre, sous peine de devoir galérer pendant tout le reste des qualifications. Mode d’emploi de la victoire avec Deschamps et Lloris, de passage en conférence de presse.

Se mettre en mode qualifs’pour de bon

Deux postulats de base avec les Bleus. Ils adorent les amicaux (souvenez-vous de l’ère Jacquet), mais ils rament comme pas deux en qualifications. Alors quand en plus l’équipe de France sort de deux ans de matchs pour rien, je vous dis pas le temps pour se remettre en route. D’ailleurs, elle a déjà paumé deux points en Biélorussie pour avoir commencé à jouer à la mi-temps en septembre.

Lloris : « On avait perdu l’habitude des matchs à enjeu avec l’Euro à la maison mais je crois que la compétition nous a manqué. Avoir démarré avec un nul, ce n’est pas la meilleure façon de commencer cette phase qualificative, il faudra prendre des points pour pas se mettre en difficulté. On est dans un groupe homogène ou chaque équipe aura sa chance. Notre statut de vice-champion d’Europe ne nous garantit en rien notre présence en Russie. »

Etre plus efficaces devant

La France n’a plus marqué en match officiel depuis la demi-finale de l’Euro contre l’Allemagne au Vélodrome. Ça ne fait pas long, vous me direz, mais depuis, elle a la réussite offensive du Vanuatu un soir de malchance. Entre la finale contre le Portugal et le déplacement en Biélorussie, Gignac, Griezmann, Giroud et tous les autres ont bien raté une dizaine d’occasions franches. Il serait temps que ça change.

Deschamps : « Sur le plan athlétique, les joueurs sont mieux. Ils ont pu enchaîner des matchs par rapport à septembre. Après, on n’était pas en gros déficit en Biélorussie, les occasions, on avait réussi à s’en créer, il a manqué la justesse et l’efficacité pour bonifier ce match. Ce sera le même objectif demain mais avec des joueurs qui ont pu jouer sept matchs entre les deux rassemblements ».

Mettre Gignac à la poubelle

On n’osait pas le dire nous-mêmes, c’est le sélectionneur qui l’a proposé sur le ton de la plaisanterie quand un confrère lui a demandé s’il s’était décidé entre Fekir et Gameiro. Peu importe, au final, tant qu’il ne choisit pas Dédé Gignac. On n’a rien contre l’attaquant des Tigres, mais à un moment, ça va finir par se voir, ses entrées de vieille gloire de CFA2. Entre Fekir, Martial, ou Coman, il y a de quoi faire pour mettre une valise aux Bulgares.

>> A lire aussi : Après France-Portugal, Gignac «a le cafard rien que de penser» à sa frappe sur le poteau

Deschamps : « Fekir et Griezmann, Gignac et Gameiro, Gameiro et Griezmann, toutes les associations peuvent fonctionner. Est-ce que j’ai vu des choses intéressantes cette semaine ? C’est de l’entraînement. Ce n’est pas que ça sert à rien, mais ça reste des jeux, des petites mises en place tactiques. Ce ne sont pas dix minutes qui vont changer ce que je peux penser avant. »

Faire gaffe à Kostadinov s’il rentre

Le nouveau sélectionneur bulgare est un petit blagueur. Petar Hubchev, qui était lui-même du fameux match de novembre 1993 contre les Bleus,a convoqué un certain Georgi Kostadinov pour le match de vendredi. A priori, le mec est un milieu de terrain défensif et il n’a encore jamais joué en sélection, mais mieux vaut le surveiller de très près s’il doit rentrer à Saint-Denis, question de karma.

Lloris : « La Bulgarie de 2016 n’est pas celle de 93, mais ça reste des joueurs dorés talentueux, qui évoluent dans de bons clubs et qui ont cette faim et cette envie de vivre des grands moments d’émotion. C’est certainement une motivation très grande pour eux de nous jouer demain à Paris. Même si on se focalise sur nous-mêmes et sur ce qu’on doit faire, il faudra en tenir compte. »

Profiter de la (bonne) pelouse

Après s’être tapé la honte en juinà cause d’un certain nombre de pelouses absolument immondes, il semblerait que tous les jardiniers de France se soient unis pour faire la révolution. Foi de Saint Thomas, la pelouse du Stade de France est sublime, on a envie de s’y poser les fesses pour un dîner en blanc avec Diane de Rotschild. Aucune excuse pour ne pas envoyer du jeu.

Deschamps : « Est-ce que j’ai bien fait de pousser un coup de gueule à ce propos pendant l’Euro ? Si le terrain où on doit jouer est en mauvais état, on ne peut pas bonifier le spectacle, et personne n’est content. Ça me fait très plaisir de voir une pelouse dans un très bon état. »