Ligue 1: Les clubs aux mauvaises pelouses punis par des amendes?

FOOTBALL Un champignon sévit sur les gazons de l'élite...

R.B. avec AFP

— 

La pelouse de Bastia est l'une des plus mauvaises de Ligue 1.
La pelouse de Bastia est l'une des plus mauvaises de Ligue 1. — Yannick GRAZIANI / AFP

Le directeur général de la Ligue de football professionnel, Didier Quillot, a pris lundi à bras le corps le problème des pelouses infectées par un champignon, qui concerne plusieurs clubs de Ligue 1 à qui il a sommé de trouver une «solution rapide».

En dernier recours, «la possibilité d'établir des sanctions financières» a été évoquée par la LFP. «Mais je n'ai aucun doute concernant le consensus chez nos patrons de clubs sur la nécessité d'avoir une bonne pelouse», a affirmé M. Quillot.

«Pour la septième journée, qui s'est déroulée ce week-end, trois pelouses, celles de Bastia, Bordeaux et Montpellier, n'étaient pas de la qualité nécessaire pour produire le spectacle que l'on veut produire en L1», a constaté le DG de la LFP lors d'une conférence de presse téléphonique.

Aussi, a-t-il évoqué quatre initiatives déjà prises par l'instance pour tenter de vite éradiquer le problème.

«J'ai écrit aux trois présidents de clubs concernés, en leur demandant de proposer une solution rapide, en discutant avec le propriétaire du stade, quand ils ne le sont pas eux-mêmes. On veut de leur part un plan d'action rapide», a-t-il d'abord expliqué.

Ni les clubs de Bastia, de Bordeaux et de Montpellier ne sont propriétaires des stades dans lesquels ils évoluent.

Didier Quillot a ensuite annoncé qu'une commission dite «surface de jeu» se tiendra mercredi à la Ligue. Elle doit rassembler «trois ingénieurs agronomes et des représentants de chaque club, afin de travailler à un traitement fongicide pour lutter contre le pythium», le champignon qui détériore les pelouses.

Autre rendez-vous, le 6 octobre à Lyon, où aura lieu un séminaire au Parc OL avec tous les référents pelouse des clubs de L1 et de L2, avec pour ordre du jour «la gestion climatique d'une surface de jeu». L'apparition du pythium est «due à l'addition d'une forte chaleur à l'humidité», selon les ingénieurs agronomes consultés par la Ligue.

Enfin, lors du dernier bureau du conseil d'administration, «nous avons décidé de modifier le critère pelouse dans les licences clubs». «Il faudra des propositions significatives pour donner un poids plus important à la qualité des pelouses», a dit le patron de la LFP, précisant que cela interviendrait «d'ici la fin de l'année» et «ne s'appliquerait donc pas pour cette saison mais pour la suivante».