PSG: Bon, il est foiré ou pas ce mercato parisien?

FOOTBALL Le club de la capitale a laissé filer David Luiz lors du dernier jour du marché estival des transferts...

R.B. et N.C.

— 

Nasser Al-Khelaifi et Patrick Kluivert pour le mercato du PSG
Nasser Al-Khelaifi et Patrick Kluivert pour le mercato du PSG — J.E.E/SIPA feat sous-titrage production

Un nouvel entraîneur, quelques arrivées ciblées (Krychowiak, Ben Arfa, Meunier), mais quelques décisions bizarres. Bouclé sur la vente surprise de David Luiz à Chelsea, le mercato du PSG a aussi vu partir, sans remplaçant recruté, le meilleur buteur de l’histoire du club, Zlatan Ibrahimovic. Nous voilà, comme au plus fort de la Guerre froide, partagé en deux clans : les déçus et les satisfaits. Pour vous aider à trancher, 20 Minutes a réuni deux journalistes dans la force de l’âge, Nicolas et Romain, ainsi qu’un ancien du club parisien, Laurent Leroy. Tremble Nasser.

L’avis du hater, Nicolas : Ils ont fait n’importe quoi

Alors là, franchement, on ne pige pas. Depuis que QSI a pointé le bout de ses billets en 2011, le recrutement a été certes dispendieux mais surtout intelligent. Des joueurs expérimentés (Motta), des valeurs sûres dans la force de l’âge (Thiago Silva), des cracks pour la notoriété (Ibrahimovic), des jeunes finement dégotés (Verratti), rien à dire. Là en revanche, les dirigeants parisiens donnent l’impression d’avoir renié leurs principes.

Lâcher David Luiz au dernier moment et attaquer une saison où il faut tout gagner en France et atteindre les demi-finales de Ligue des champions avec seulement deux défenseurs axiaux labellisés et un bon espoir derrière (Kimpembe), ça ne fait pas très sérieux. En attaque, Ben Arfa était peut-être une bonne affaire mais ne représentait pas le profil dont Paris a le plus besoin. Si Cavani persiste à ne convertir qu’une occasion sur dix, ce n’est sûrement pas Jesé qui va tirer le PSG vers le haut quand il le faudra en plantant ses 20-25 buts.

L’avis du soutien de Nasser, Romain : C’est trop intelligent pour vous

« Ouin, ouin, on n’a pas recruté d’énormes stars. On est trop tristes. » « Bouh, il est nul, Patrick Kluivert ». A force de vous voir vous plaindre, j’ai l’impression que vous aviez oublié le nouveau mantra de Nasser : moins de stars, plus de combativité. David Luiz est nul et peut être vendu 40 briques ? Dehors. Zlatan phagocytait tout le jeu de ses potes mais tout en se trouant en C1 ? Salut.

OK, Paris n’est pas bien large derrière. Mais avec trois centraux de métier plus deux joueurs capables de dépanner (Thiago Motta, Krychowiak), Paris a de quoi voir jusqu’au mercato hivernal où il aura le loisir de recruter un défenseur d’appoint. Quant au poste d’avant-centre, laissez le jeu d’Unai Emery se mettre tranquillement en place au lieu de compter les ratés de Cavani. Vous verrez, ça vous fera tout drôle de passer enfin les quarts de Ligue des champions.

L’avis de l’ancien, Laurent Leroy : Ça manque de stars quand même

« Chaque année, on avait l’habitude d’avoir des grands noms arriver à Paris : Zlatan, Cavani, Thiago Silva, Di Maria, etc. Là, c’est plus modeste. Le PSG a fait rêver ses supporters avec des stars pendant deux-trois ans, et ils sont forcément un peu déçus quand ils voient l’identité des recrues estivales.

Cavani, il faut lui laisser prendre confiance mais il va marquer des buts. Pour le reste, on verra. Il faudra attendre quelques matchs, notamment en Ligue des champions, avant de juger le potentiel de cette équipe. Je pense qu’en championnat, il n’y aura pas trop de suspense même si leur match contre Monaco a montré que ça serait plus serré, mais qu’en Ligue des champions, ça ne sera pas pour cette année ».