OM: Le faux rebondissement MLD, le retour de Thauvin… Voici le nouvel épisode de «Marseille»

FOOTBALL Attention, cet article dévoile les principaux éléments de «Marseille», la nouvelle série produite par l’OM, sans Gérard Depardieu ni Benoît Magimel…

A.Mag.

— 

Margarita Louis-Dreyfus le 1er août 2015 au Stade Vélodrome
Margarita Louis-Dreyfus le 1er août 2015 au Stade Vélodrome — BERTRAND LANGLOIS / AFP

A 20 Minutes on a tenté de faire la critique ciné du dernier épisode de Marseille, la toute nouvelle série dramatique produite par L’OM, avec au casting et en ordre d’apparition :  Margarita Louis-Dreyfus, Giovanni Ciccolunghi, Gunter Jacob et Franck Passi.

>> A lire aussi : Ligue 1: Gunter Jacob nommé directeur sportif de l'OM (en pleine nuit)

Un fond bleu, des micros, des journalistes et les quatre acteurs arrivent dans ce qui semble être une reconstitution de conférence de presse. Un mouvement de lèvre et la première phrase tombe, comme une évidence, histoire de raccrocher les spectateurs trop flemmards pour lire un résumé de l’épisode précédent. « J’ai pris la décision de vendre l’OM » lance Margarita Louis-Dreyfus. Impeccable dans son rôle d’actionnaire majoritaire, tout aussi rassurante que déterminée.

>> A lire aussi : OM: Margarita Louis-Dreyfus en conférence de presse ce jeudi (mais on ne sait pas pourquoi)

Pourtant malgré une première tirade prometteuse « Le processus de cession est bien engagé, ma priorité n’est pas de maximiser les profits mais de trouver un nouveau propriétaire qui prendra soin du club », MLD peine d’entrée à maintenir le spectateur en alerte. Les fautifs ? Un texte trop plat et un scénario trop frileux, qui n’offrent guère de surprise aux fans, déjà habitués à ce rôle de gardienne du temple : « Ma famille et moi aimons Marseille et l’OM. Il très important que la cession ne perturbe pas l’objectif du club gagner sur le terrain. »

>> A lire aussi : OM: Marseille s'incline contre une équipe de D2 allemande à deux semaines de la reprise

Alors que les minutes filent et qu’aucune annonce concrète n’est faite, Giovanni Ciccolunghi et Gunter Jacob, tous deux ajoutés récemment au casting, prennent place pour la première fois dans la lumière. Passons sur la performance convenue du président, pour nous attarder quelques lignes sur la romance naissante entre l’OM et le nouveau directeur sportif Belge.

Sans notes, à l’instinct, tel Edouard Baer dans « Astérix et Obélix mission Cléopâtre » - mais si, vous savez, la tirade sur son rôle de scribe -, Gunter Jacob déclame que « quand on est sollicité par un club comme l’OM, on ne peut pas résister, on ne peut pas dire non. Je peux être fière aujourd’hui de porter le maillot d’un des plus grands clubs du monde ». L’OM est en bas, je le ferai remonter, tel est en substance le message dévoilé par la nouvelle star belge, qui conclu son émouvant monologue de la façon suivante : « L’OM est un club qui doit être au top en France ».

Va-t-il enfin réussir dans cette nouvelle saison?
Va-t-il enfin réussir dans cette nouvelle saison? - THOMAS SAMSON / AFP

Le coup éblouissant du personnage qui revient par la grande porte

Pour sauver cet épisode jusque-là sans saveurs, les scénaristes, en bons professionnels, ont travaillé leur narration pour proposer au spectateur un final a la hauteur de ses espérances. Franck Passi, dans le rôle de l’entraîneur à qui tout reste à prouver, balance, en une phrase, qui tiendra le côté droit de l’attaque marseillaise la saison prochaine.

La caméra pivote, fait le point sur Passi qui lâche « Jacob Gunter vient de finaliser le dossier ce matin, Florian Thauvin va nous rejoindre le plus vite possible. » Le coup du personnage qui disparaît avant de revenir, ça marche toujours. Une fin qui évite donc à l’épisode de finir rangé dans le placard des navets et qui ouvre sur une suite attendue et indécise. Déjà quand aux modalités de transfert de l’attaquant de Newcastle.