Euro 2016: Ce doux dingue de Fernando Santos avait planifié sa place en finale dès 2014

FOOTBALL Le sélectionneur portugais avait dirigé son premier match le 11 octobre 2014, lors d'une défaite (1-2) contre les Bleus au Stade de France, où il retournera dimanche pour la finale de l'Euro 2016...

Jérémy Laugier

— 

Fernando Santos a vécu son premier match en tant que sélectionneur du Portugal, le 11 octobre 2014 au Stade de France face aux Bleus (1-2).
Fernando Santos a vécu son premier match en tant que sélectionneur du Portugal, le 11 octobre 2014 au Stade de France face aux Bleus (1-2). — FRANCK FIFE / AFP

A Lyon,

On trouvait déjà Fernando Santos méchamment costaud de donner rendez-vous à la presse le 10 juillet, pour la finale de l’Euro, et ce juste avant le début du tournoi. En fait, le sélectionneur portugais avait balancé cette ambitieuse prédiction à ses joueurs… dès sa prise de fonction à l’occasion d’un match amical contre les Bleus, le 11 octobre 2014 à Saint-Denis.

« Il y a deux ans, nous avions défini un objectif avec tout le groupe, a expliqué mercredi le technicien de 61 ans après le succès (2-0) contre le pays de Galles en demi-finale. L’idée à l’époque, c’était de faire le maximum afin de se qualifier pour cette finale de l’Euro 2016 qui aurait lieu sur la même pelouse, au Stade de France. »

>> A lire aussi: Le Portugal et Cristiano Ronaldo tiennent leur rang et filent en finale

« Je préfère que vous me félicitiez après la finale »

La sélection de Fernando Santos, qui reste sur une impressionnante série de 13 matchs sans défaite, avait été battue par les Bleus (1-2). Les temps ont bien changé puisque Karim Benzema avait alors ouvert le score. Il est quand même intéressant de constater que le coach de la Seleção avait déjà marqué les esprits en convoquant des revenants comme Ricardo Carvalho et Quaresma, mais aussi en lançant Joao Mario et José Fonte, désormais indispensables.

>> A lire aussi: Qui est donc José Fonte, l'anti-Ronaldo de la sélection portugaise?

Lors de la précédente et unique finale disputée par la Seleção, en 2004 face à la Grèce (0-1), Fernando Santos était alors consultant pour une radio portugaise. Notamment passé par les trois plus grands clubs du pays (Porto, Sporting et Benfica) et par la sélection grecque, il reconnaît que le rendez-vous de dimanche sera « probablement le moment le plus grand » de sa carrière. Si bien que quand un journaliste a salué cette qualification mercredi, il lui a immédiatement répondu « Je préfère que vous me félicitiez après la finale ».