Euro 2016: «La meilleure équipe, ça reste l’Allemagne», prévient Deschamps

FOOTBALL Le sélectionneur a insisté sur la difficulté du défi qui attend l’équipe de France contre les champions du monde en titre en demi-finale de l'Euro 2016…

J.L.

— 

Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, avant le match contre la Suisse à l'Euro, le 19 juin 2016.
Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, avant le match contre la Suisse à l'Euro, le 19 juin 2016. — BPI/Shutterstock/SIPA

A Marseille,

C’était peut-être pour tempérer l’emballement récent, ou juste parce que c’est son intime conviction, mais Didier Deschamps a mis beaucoup de sa personne pour bien nous faire rentrer dans le crâne que l’Allemagne était favorite de la demi-finale qui va l’opposer à ses Bleus jeudi au Vélodrome. La preuve en trois actes.

Quand on l’a questionné sur la façon dont il comptait aborder le match

« Tout dépendra quelle équipe d’Allemagne il y a au départ, s’il y en a un qui la connaît je suis intéressé. Cette équipe allemande a toujours l’habitude de maîtriser son sujet, d’avoir une possession supérieure à l’adversaire. C’est l’équipe qui a donné la meilleure impression sur cet Euro. Mais on va jouer note chance à fond ».

Quand on lui a demandé si le soutien du public pouvait porter les Bleus

« Je suis convaincu que le public marseillais jouera son rôle jeudi. Que les supporters croient en nous on a besoin de ça, parce qu’on va forcément connaître des périodes difficiles dans le match. L’Allemagne, ça reste la meilleure équipe, mais on va jouer notre chance à fond ».

Quand on lui a demandé si ces joueurs étaient capables de créer l’exploit.

« Je ne sais pas si mes joueurs ont assez de reconnaissance, mais j’ai confiance en eux, et ça, je vous l’ai dit avant même le début de la compétition. On a mérité d’être en demi-finale, on a éliminé cinq adversaires. Après, libre à chacun de dire ils sont pas bons, ceci, cela. Là, c’est une autre historie parce que c’est l’Allemagne, la meilleure équipe, même si je ne veux pas qu’on passe le match à défendre ».

Un discours un tout petit peu différent de celui entendu chez les joueurs depuis dimanche soir, comme si chacun avait pris conscience de l’obstacle qui se présente en face, rien de moins que les champions du monde en titre. Une prudence bienvenue : jusque-là, les confrontations entre la France et l’Allemagne ont toujours basculé du même côté, l’autre. Hugo Lloris sait qu’il sera compliqué de renverser l’histoire, mais il croit en son groupe : « Ce genre de match permet d’écrire l’histoire comme ont pu le faire d’autres générations auparavant. En face, ce sont les champions du monde en titre quand même, mais je sens le groupe assez serein et concentré sur la performance à réaliser pour se qualifier ».