Bon, il va ressembler à quoi ce PSG version Unai Emery?

FOOTBALL Le technicien espagnol a pris son groupe en main lundi...

Romain Baheux
— 
Unai Emery et Nasser Al-Khelaïfi lors de sa présentation au PSG le 4 juillet 2016.
Unai Emery et Nasser Al-Khelaïfi lors de sa présentation au PSG le 4 juillet 2016. — PHILIPPE LOPEZ / AFP

C’est la rentrée des classes au PSG, mais l’instituteur est parti pendant les vacances. Son remplaçant parle espagnol, arrive avec trois Ligues Europa dans ses bagages et des intentions aussi belles que son costard. Avant de diriger son premier entraînement, Unai Emery est venu satisfaire à la traditionnelle conférence de presse de présentation lundi. Bon, et du coup, il va ressembler à quoi son PSG ?

  • L’équipe

Visiblement, on se dirige vers un changement tactique. Laurent Blanc ne jurait que par le 4-3-3 (et une fois par le 3-5-2 diront les grincheux) ? Le Basque devrait débarquer avec son 4-5-1, utilisé à Valence et à Séville, même s’il s’est refusé à enterrer le système de son prédécesseur. Comme on a de l’imagination, on s’est amusés à dessiner un onze type.

Un possible PSG version 2016-2017.
Un possible PSG version 2016-2017. - Lineup builder

Evidemment, les choses peuvent encore bouger. On n’est pas à l’abri d’une arrivée d’une recrue importante qui viendrait nous bousculer tout ça, même si la venue de James Rodriguez n’est pas d’actualité selon le président parisien Nasser Al-Khelaïfi. Mais on peut (plus ou moins) croire Emery quand il affirme que les postes sont globalement couverts avec les arrivées de Krychowiak, Ben Arfa et Meunier.

Reste encore à trouver un attaquant de pointe susceptible de faire souffler Edinson Cavani, peut-être un autre ailier et éventuellement de dégraisser à la récupération (Verratti, Thiago Motta, Rabiot, Krychowiak, Stambouli et Matuidi sont encore sous contrat) et dans le but. Rien d’insurmontable quoi.

  • Le gardien

Vous avez aimé le feuilleton Trapp-Sirigu ? Voici la telenovela Trapp-Areola. Revenu de prêt de Villarreal, le jeune Français se dit qu’il y a moyen de gratter une place de titulaire avec le changement de boss. Ajoutez à cela que l’Allemand s’est illustré par quelques toiles la saison dernière et on se dit que tout cela peut être passionnant. D’autant, selon France Football, qu’Alphone Areola aurait les faveurs d’Unai Emery, séduit par ses qualités lors de son passage en Liga.

« Avec moi, tout le monde repart de zéro, s 'est-il contenté de répondre. Trapp, on sait d’où il vient, on sait la saison qu’il a faite. Areola, je l’ai vu en Espagne, il a fait une grande saison. » Bref, on va suivre avec énormément d’attention les choix du Basque lors des matchs de préparation. Et Sirigu là-dedans ? On a à peine parlé de lui. Comprendre qu’il est prié de se trouver un nouveau club et fissa.

  • Le style

Ok, Nasser a vendu l’affaire en mode « on est des esthètes, je veux que ça régale, coach Unai vient pour jouer offensif en mort ». Alors non, le PSG ne va pas se mettre à envoyer des longues balles vers la tête d’Edinson Cavani. Mais le boss parisien ne s’est pas renié depuis son interview au Parisien début juin où il clamait son envie d’avoir des « joueurs qui mangent le gazon ».



« Chaque joueur va devoir élever son potentiel et son niveau de jeu. Il va falloir donner plus, être plus agressif », a prévenu en écho Unai Emery. Il suffit de voir le temps passé à souligner les qualités de Grzegorz Krychowiak, excellent récupérateur mais pas réputé pour être le plus grand magicien du monde du foot, pour comprendre le ton de ce PSG. En gros, on ne veut plus voir de sortie comme de City où les Parisiens s’étaient fait croquer dans le combat physique. Au boulot maintenant.