Euro 2016: Mais qu'est ce que c'est fort l'Allemagne!

FOOTBALL La Mannschaft a déroulé en huitièmes de finale face à la Slovaquie (3-0)...

Francois Launay
— 
L'Allemagne s'est baladée face à la Slovaquie
L'Allemagne s'est baladée face à la Slovaquie — Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

La pancarte de grand favori est solidement installée dans son dos. Si certains doutaient encore de cette équipe d’Allemagne dans cet Euro, la démonstration de force dimanche à Lille face à la Slovaquie  (3-0) a dû faire taire les sceptiques. Cette Mannschaft est tout simplement impressionnante et avance lancée vers un quart de finale difficile face à l’Espagne ou l’Italie.

En attendant cette affiche, les champions du monde se sont largement rassurés en huitième de finale. Certes, ce n’était que la Slovaquie mais si on met en parallèle le match très compliqué des Bleus face à l'Irlande, on se dit que c’est un monde qui sépare actuellement les deux équipes.

Un jeu parfaitement huilé

Jeu court, jeu long, efficacité : les Allemands ont tout fait à la Slovaquie. Après avoir légèrement ronronné au premier tour, les hommes de Joachim Low ont appuyé sur le bouton accélération dès les huitièmes. Franchement, pour l’instant, on ne voit pas vraiment de failles dans cette équipe. Pour chipoter, on pourrait dire qu’Hector, le latéral gauche, monte un peu trop et peut être pris dans son dos mais c’est à peu près tout.

Un but d’entrée de Boateng (8e), un autre de Gomez en fin de première mi-temps et un troisième de Draxler à l’heure de jeu, l’Allemagne a puni les Slovaques à des moments-clés. Et on ne vous parle même pas du penalty raté par Ozil en début de match (12e). Une vraie machine cette Mannschaft.

Des individualités au top

Quand ce n’est pas Kroos, c’est Ozil. Quand ce n’est pas Ozil, c’est Kroos, quand ce n’est pas Kroos, c’est Gomez. Et dimanche face aux Slovaques, l’homme du match aura été Julian Draxler. Le milieu offensif de Wolfsburg a sorti toute sa panoplie technique pour plier Hamsik et ses potes.

Des beaux gestes et une prestation quasi parfaite récompensée par un but. Ce Draxler est très fort. Sinon, on a oublié de vous dire, Thomas Muller n’a toujours pas démarré son Euro. Muet jusqu’ici, l’attaquant vit une compét compliquée. Mais c’est à peine si on le remarque tant les solutions offensives sont légion.

Une défense de fer

Et dire qu’on pensait que ce serait le point faible de l’Allemagne dans cet Euro. Après quatre matchs, la défense allemande n’a toujours pas encaissé le moindre but, la seule équipe dans ce cas. La paire Boateng-Hummels est quasiment infranchissable. Quant à Manuel Neuer, autant arrêter d'utiliser tous les superlatifs qui existent sur terre: le gardien allemand est le meilleur du monde, point barre. Il faudra vraiment aller chercher cette Allemagne-là.