Euro 2016: Pourquoi les Bleus ne peuvent (vraiment) pas perdre contre l’Irlande

FOOTBALL L’équipe de France est largement favorite de son huitième de finale…

Julien Laloye
— 
Griezmann et Deschamps confiants avant l'Irlande;
Griezmann et Deschamps confiants avant l'Irlande; — Claude Paris/AP/SIPA

A Lyon,

On pourrait se raconter des histoires, se dire que l’Eire c’est très très très fort, que le petit Messi irlandais Hoolahan va apprendre la vie à notre charnière Rami-Koscielny, que Martin O’Neill va gagner le duel des entraîneurs, que Darren Randolph est le meilleur gardien du monde où je ne sais quoi encore, mais ce serait faire peur aux enfants pour rien. Regardez le match si vous voulez, mais l’équipe de France va passer en quarts de finale finger in the nose. Suivez le guide.

On ne perd jamais en huitièmes

Les statistiques ne mentent pas si on prend celles qui nous arrangent, et la plus encourageante qu’on a trouvée raconte que les Bleus ne perdent jamais en huitièmes de finale d’une grande compétition. JAMAIS. Soit ils sont éliminés piteusement en poules, soit ils vont au moins jusqu’en quarts, comme lors de la Coupe du monde au Brésil il y a deux ans. Ce serait couillon que ça tombe maintenant.

On a trois jours de plus de récupération

L’UEFA a bien organisé les choses en décidant de faire jouer le groupe des Irlandais en dernier pendant la phase de poule. 72 heures de récupération en plus à ce niveau, c’est comme dire à Jimmy Vicaut « Bon ce qu’on fait c’est que tu pars avec 20 mètres de retard et t’essaies de rattraper Bolt quand même ». Ajoutons que l’équipe d’Irlande est la plus vieille en live à l’Euro, et vous comprendrez que Deschamps explique pudiquement que ce n’est pas un désavantage pour les Bleus. En effet.


Les supporters irlandais n’ont pas de billets

L’autre scandale du week-end. Les meilleurs supporters du monde de l’univers se sont démerdés comme des manches, puisque pour l’instant ils n’ont que 5.000 places qui leur sont allouées pour dimanche. Les Irlandais ne sont donc même pas sûrs de gagner le match de l’ambiance, ou alors le marché noir devra atteindre des sommets. Samedi, seuls quelques courageux se sont risqués à venir jusqu’au stade pour trouver un revendeur. Sans succès.

>> A lire aussi : Euro 2016 : Comment les fans irlandais vont tenter de rentrer au Parc OL quand même

La pelouse est bonne, ça va nous changer

« C’est mieux une belle pelouse vu que le ballon doit rouler dessus ». Deschamps nous a parlé comme à des enfants de maternelle, mais on comprend l’idée. Jusqu’à maintenant, les Bleus ont testé les pelouses les plus pourries de l’Euro (Lille, Marseille, Saint-Denis), il était temps qu’ils profitent  du formidable outil de Jean-Michel Aulas et de la qualité du brin d’herbe cultivé dans la meilleure académie d’Europe. Voilà qui devrait permettre d’agrandir encore un peu plus le fossé technique entre les Bleus et les Verts et jouer en notre faveur. En principe.


L’équipe qui reçoit est invaincue au Parc OL

Le stade des Lumières (un temps il s’appelait comme ça) porte-bonheur à ses occupants, puisque l’OL n’y a pas encore connu la défaite depuis qu’il a investi les locaux en janvier. Le PSG y a subi sa première défaite de la saison dans une ambiance incandescente, et Monaco a volé en éclats lors d’un match décisif pour la qualification en Ligue des champions. Si l’équipe de France s’inspire des hommes de Génésio, ils devraient donc rouler sur l’Irlande en une mi-temps

Leur meilleur joueur joue aux LA Galaxy et il a 75 ans

« Tous les joueurs irlandais ont l’habitude des grands matchs de Premier League », nous a expliqué Deschamps l’air convaincu. Les grands matchs peut-être, les grandes équipes, ça reste à voir. 90 % des petits hommes verts jouent dans des clubs du ventre mou, genre Stoke City ou Norwich et personne ne s’est encore approché au dixième du niveau de Robbie Keane à son meilleur. L’ancien attaquant des Spurs coule des jours heureux du côté de Los Angeles, où il continue de trimballer sa mauvaise humeur et son sens du but à 35 ans.

Robbie Keane tire sur la fin de carrière quand même.
Robbie Keane tire sur la fin de carrière quand même. - SIPA

L’arbitre n’est pas Nigel Owens

Attention, ici, on chasse dans les terres du rugby, le sport privilégié des rencontres entre la France et l’Irlande.Il n’y a souvent pas loin dans l’histoire de diable de Nigel Owens, aka le meilleur arbitre du monde, surtout quand il s’agit de siffler une pénalité contre tout ce qui porte un béret. Si le bonhomme aurait sans doute bien aimé nous faire payer la main d’Henry dimanche, c’est l’Italien Nicolas Rizzoli qui sera au sifflet, un homme à qui on n’a rien à reprocher. Jusque-là.

On a prévu de gagner l’Euro

C’est un point important. On est obligés de couvrir les Bleus au quotidien alors parfois on n’arrive pas à prendre de la hauteur. Pourtant, tout est limpide puisqu’on gagne chaque grande compétition qu’on organise, peu importe la manière, les jours, le talent, ou le pied droit de Blaise Matuidi. Enfin c’est le plan de départ, qui pourrait être éventuellement remis en cause par l’Espagne, l’Allemagne, ou le Portugal à la rigueur. Mais pas l’Irlande.