EURO 2016: L'Allemagne gâche beaucoup mais se rassure, et elle sera dure à battre

FOOTBALL Les Allemands ont maîtrisé, même s'ils n'ont marqué qu'un but à l'Irlande du Nord...

Nicolas Camus

— 

Les Allemands ont battu l'Irlande du Nord, le 21 juin 2016 au Parc des Princes.
Les Allemands ont battu l'Irlande du Nord, le 21 juin 2016 au Parc des Princes. — PATRIK STOLLARZ / AFP

Au Parc des Princes,

On la croyait sous pression, au moins un peu en tout cas après deux premiers matchs très moyens, elle n’en a jamais donné l’impression. Comme d’habitude… L’Allemagne a très largement dominé l’Irlande du Nord, mardi, bien plus que ce que le score ne laisse paraître (1-0). Et si elle peut dire merci à la Pologne de n’avoir mis qu’un but face à l’Ukraine dans l’autre match, elle termine à la première place. Comme prévu. Les Allemands seront très durs à battre dans cet Euro. L'Irlande du Nord, elle, peut espérer faire partie des meilleurs troisièmes (et affronter les Bleus?). Voilà ce que l’on retient de ce sympathique match.

Le truc qu’on attendait de voir : l’Allemagne avec un vrai numéro 9

C’était le débat qui agitait l’Allemagne depuis le début de cet Euro. Le choix de Low de jouer avec Gotze en « faux 9 », façon Barça ou équipe d’Espagne, n’avait rien donné de bon sur les deux premiers matchs. Le sélectionneur allemand a rectifié le tir en décidant pour ce troisième match d’aligner Mario Gomez d’entrée. Et ça faisait longtemps.

Low a bien fait. Le bon Mario a été l’auteur du seul but du match (30e). Même s’il y a encore des progrès à faire, puisque ses coéquipiers ont du mal à le trouver tout le match et que l’ancien du Bayern a bien gâchouillé un super mouvement Ozil-Gotze en fin de première période. M’enfin, Mario joue peu, mais Mario marque. Et c’est tout ce qui lui est demandé.

Le truc qu’on n’arrive pas à croire : Thomas Muller

Thomas Muller est un joueur qui ne ressemble pas à grand-chose, qui n’a pas vraiment de poste, mais qui plante. Tout le temps, partout. C’est comme ça qu’on le reconnaît. Mais à l’Euro, il n’y arrive pas. L’homme aux 10 buts en 12 matchs de Coupe du monde n’en a toujours pas marqué un seul en 8 matchs de championnat d’Europe.

Pourtant, ce n’est pas comme s’il n’en avait pas eu l’occasion face à l’Irlande du Nord. Maladroit (8e, 23e) puis malchanceux (27e et 34e), il a encore tout raté. Un mystère que seul Jacques Pradel pourrait éclaircir.

Le truc qui nous a surpris : McGovern, quel gardien !

Ce qui est sympa avec cette Euro à 24, c’est qu’on découvre plein de joueurs dont on ne soupçonnait même pas l’existence. Prenez Michael McGovern, par exemple. Le gardien nord-irlandais a 31 ans, a débuté au Celtic Glasgow, où il ne s’est jamais imposé, avant de se perdre à Ross Country, Falkirk et Hamilton, de sombres clubs écossais (merci Wikipedia).

Et bien le bonhomme a été énorme face aux champions du monde en titre. Après avoir mis un stop à Muller d’entrée, il a écœuré Gotze, notamment avec cet arrêt manuelneuerien de la main en seconde période (52e). Si les Allemands n’ont marqué qu’une fois, ne cherchez pas le responsable plus loin. Gomez était déjà en train de courir pour célébrer son doublé sur cette tête à la 82e…

Le truc qui nous a fait lever de notre siège : Les passes d’Ozil

Il ne marque pas de buts pour sauver la patrie à la 88e, mais quel délice quand même. Mezut Ozil, c’est la patte gauche la plus soyeuse de cette compétition. Toutes les occasions allemandes, et il y en a un bon paquet, sont parties de lui. Il pourrait d’ailleurs engueler ses coéquipiers, à cause de qui il n’a pas encore les 6 passes décisives qu’il mériterait. En attendant, il a été élu homme du match, et c’est bien normal.

Le truc qui nous a régalé : L’ambiance de dingue

On se répète jour après jour, mais on s’en fout. Il faut profiter de l’ambiance que nous mettent les Irlandais et leurs cousins du Nord dans les stades où ils passent. Au Parc, ça a commencé une bonne demi-heure avant le match, et ça ne s’est terminé qu’après. Longtemps après...

Leur équipe encaisse un but ? Ils chantent. Leur équipe fait un beau tacle ? Ils chantent. Il ne se passe absolument rien? Ils chantent. C’était la folie, et Will Grigg n’a même pas eu besoin d’entrer sur le terrain pour ça.

Le truc qui ne nous rassure pas pour la suite : Les 352 occasions gâchées par les Allemands

Non mais quel gâchis ! McGovern a été bon, mais les Allemands auraient dû en mettre quatre, au moins. Ce n’est pas dans leur habitude de louper comme ça, et ça nous inquiète. On les connaît, ils vont se mettre à planter à tout va en phase finale… et ça va tomber sur les Bleus en demi-finale.