Euro 2016: Cette fois, c'est Griezmann le sauveur (et les Bleus sont qualifiés)

FOOTBALL D’une tête à la 89e minute, Antoine Griezmann a sorti les Bleus d’une sale situation…

A Marseille, Nicolas Camus

— 

Antoine Griezmann, le 15 juin 2016.
Antoine Griezmann, le 15 juin 2016. — FRANCK FIFE / AFP

Longtemps, très longtemps hier au Vélodrome, on a été très fâchés avec les Bleus. Pas d’idée, pas de jeu au sol vers l’avant, des duels perdus à la pelle, absolument rien n’est venu éclaircir leur prestation. Et puis au terme d’une seconde période un peu plus enlevée, Antoine Griezmann (90e) est venu placer un coup de tête pour effacer tout ça et délivrer le Vélodrome et des millions de personnes devant leur télé.

Le but de Payet au fin fond des arrêts de jeu (90e+5) n’a fait que confirmer la forme du Réunionnais, décidément le grand bonhomme qui pourrait permettre aux Bleus d’aller loin. En attendant, avec deux victoires en deux matchs, les Bleus sont qualifiés pour les huitièmes de finale, et il ne leur faudra qu’un match nul contre la Suisse pour s’assurer de terminer premiers de leur poule.

Griezmann sauveur, Payet enfonçeur

A quelques secondes près, on n’aurait pas du tout écrit ça. Et on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a quelque chose de magique chez Didier Deschamps. Le sélectionneur avait choisi au coup d’envoi de se priver de Pogba et Griezmann, les deux étoiles de son équipe, en difficulté face à la Roumanie. Mais ces choix forts, avec Coman et Martial pour dynamiter les côtés et Payet en meneur de jeu, n’ont pas eu l’effet escompté. Loin de là, même.

>> A lire aussi : On s’est fait mal au crâne pour trouver quelques raisons de se méfier de la Suisse

Alors il a tout changé. Le Turinois est entré à la pause, le Madrilène peu après, et sans qu’ils ne soient au-dessus du lot, le match a pris une autre tournure - peut-être aussi parce que l’Albanie a commencé à fatiguer. Au fil des minutes, l’ambiance est montée, le pressing des Bleus aussi. Jusqu’à la délivrance des arrêts de jeu. La France a encore de grosses lacunes, mais le cœur est là et elle est menée par un sélectionneur poursuivi par un mélange de talent et de réussite détonnant. C’est déjà ça.