Euro 2016: Payet, pour la demande en mariage, on s’organise comment?

FOOTBALL Le meneur de jeu des Bleus a porté l’équipe de France tout le match avant de la délivrer dans les derniers instants contre la Roumanie (2-1)…

Julien Laloye

— 

Payet félicité par Deschamps à sa sortie.
Payet félicité par Deschamps à sa sortie. — Martin Meissner/AP/SIPA

Dimitri, il faut qu’on t’avoue quelque chose. Nous, on a toujours été Hatem, et il est même arrivé qu’on t’en veuille de prendre sa place pour l’Euro. Voilà, c’est dit, mais ça ne doit pas briser cette idylle naissante entre nous. Tu as mis du temps à nous convaincre, petit coquin. Est-ce la faute de ta réputation de tête de lard ? Un peu, mais pas autant que ces tours de magie à la David Copperfield. Un coup je suis bon, un coup je disparais du match, ou même du mois entier. Il y a bien eu ce frémissement à Marseille, l’an passé. On t’a vu comme tout le monde courir de partout comme un petit fou et délivrer galette sur galette, 16 passes décisives. Mais on ne fait pas partie des gens empapaoutés par le gourou Bielsa, donc ça nous a fait ni chaud ni froid.

Ton transfert à West Ham était censé confirmer la prédiction, d’ailleurs. Bon petit joueur Payet, mais irrégulier et pas fait pour les grands clubs. Ça allait finir à Newcastle à se battre pour une place en réserve avec Gouffran d’ici deux ans, on pouvait parier. Et puis l’Angleterre est tombée amoureuse de toi sans prévenir, alors on a pris le train en marche, non sans faire part de nos doutes. Ok, il met des coups francs lunaires, ok il fait des choses pas catholiques avec le ballon, mais ça reste West Ham, honnête club de milieu-haut de tableau de Premier League. Ça a suffi à Deschamps pour te rappeler. Soit. Mais il fallait encore réussir tes matchs. Et planter cette frappe d’astronaute contre la Russie.

Pas mal, pas mal, a-t-on commencé à penser. Mais ça reste un match amical. Le même contre le Cameroun ? Pas mal, pas mal, mais ça reste un amical. Et puis ce chef-d’œuvre contre la Roumanie. La fusée en lulu de ton mauvais pied, bien sûr, mais pas seulement. Il y a eu ce petit dribble enroulé sur un pauvre Roumain en première mi-temps. Ces feintes de corps à ponctionner des reins sans anesthésie. Cette feinte de frappe du gauche pour coucher la moitié de la défense adverse et servir Pogba avec jus d’orange et croissants chauds en retrait. Et deux autres merveilles encore plus incroyables qu’on ne peut pas oublier :

Tu as fait sourire Thierry Henry pour la première fois depuis qu’il est né. Avec un beau compliment à la clé, en plus (cité dans l’Equipe)

« Wow. Wow. Wow. Ecoutez, je n’ai rien à dire, juste à regarder ce but. Je me suis levé, j’ai oublié que j’étais en direct à la radio. Si la Roumanie avait eu trois gardiens de but, ils n’auraient pas suffi à arrêter cette frappe. Payet en voulait plus que tous les autres sur le terrain. Il avait l’engagement et la détermination. C’est fou ! »

Tu as fait oublier le match horriblissime de Patrice Evra qui était bien content de te cirer les pompes.

« Dimitri, je le chambre souvent avec son match face à l’Albanie l’an passé (rires). C’est le vrai Dimitri qu’on a vu aujourd’hui, celui qu’on aime. Aller en Angleterre, ça lui a fait du bien. Il a commencé à mettre des coups francs du milieu de terrain et est devenu la star à West Ham. Je lui ai dit que s’il avait le même rendement en Bleu, ce serait pareil. Il n’aurait qu’à lever le doigt »

Bref, Dimitri, on n’est pas loin d’être emballé, même si on n’est pas un journaliste facile. Peut-être même te pardonnerait-on un mauvais match contre l’Albanie, aussi mauvais que celui qui t’avait provisoirement coûté ta place en Bleu l’an passé à la même période. Ou alors tu peux choisir de rouler sur les Albanais pour prendre une revanche définitive. A toi de voir.