Euro 2016: Mais si, Kiraly, le gardien de la Hongrie, a trop le swag avec son jogging

FOOTBALL Le joueur le plus âgé de l’Euro joue toujours avec un style bien particulier, et ce n'est pas pour rien…

Marc Nouaux
— 
Gabor Kiraly, le gardien de l'équipe de Hongrie lors de l'Euro 2016.
Gabor Kiraly, le gardien de l'équipe de Hongrie lors de l'Euro 2016. — ATTILA KISBENEDEK / AFP

Si vous ne connaissiez pasGabor Kiraly (40 ans), vous le remarquerez très vite pendant l’Euro. Le gardien de but de la Hongrie (qui joue ce mardi à 18 h contre l’Autriche à Bordeaux) est le joueur le plus âgé de la compétition et a la particularité de porter à chaque match un jogging molletonné gris pas vraiment adapté au football professionnel moderne. Des spécialistes, dont l’intéressé, nous expliquent pourquoi le Hongrois est, malgré tout, le gars stylé de cet Euro.

  •  L’avis de… Gabor Kiraly : « Je me demande vraiment comment on peut porter ça dans la rue »
     

L’origine du port du jogging tient de la superstition pour le Hongrois comme il l’a raconté au Journal francophone de Budapest. « Je joue en jogging depuis 1996 à Szombathely. Un jour, les pantalons noirs habituels pour les matchs n’avaient pas été lavés. J’ai été obligé de prendre un gris. On a enchaîné sur une série de huit ou neuf matchs sans perdre et on a ainsi évité la relégation. Donc, où que j’aille depuis, ces pantalons sont mon porte-bonheur. Et je ne vais pas changer ça maintenant. » En revanche, Kiraly n’est pas du genre à adopter le jogging une fois sorti du terrain. « Pour moi, c’est un habit de travail, et je ne me balade pas en habit de travail durant mes loisirs, a-t-il confié au Télégramme. Quand il m’arrive de voir des gens en jogging gris dans la rue, je me demande vraiment comment on peut porter ça. »

  •  L’avis d’un… gardien de but de handball : « Kiraly, c’est comme un goal de hand qui porterait un short »
     

Passé par Montpellier, Nantes ou Bordeaux, Bruno Pagès a porté des centaines de fois le jogging sur les parquets français. « Au hand, ça protège des impacts. En short, le ballon peut faire mal. C’est l’objectif premier de ce pantalon et, d’ailleurs, on voit très peu de goals de hand en short. Kiraly, c’est comme un goal de hand en short en fait, c’est contradictoire. Pour le style, on va dire que ça fait partie du décor. Quand on l’enlève, c’est rigolo car on a des jambes hyperfines par rapport aux coéquipiers, ça fait un contraste et les joueurs se moquent de nous. Mais niveau style, j’estime qu’on est plus crédible et qu’on a plus de prestance en survet… Au hand, hein. Pour le foot, ça peut faire un peu de pub aux porteurs du jogging, mais je pense que ça fait direct penser au pyjama. Au hand, on l’assume, mais il faut dire qu’il y a différentes façons de le porter… »

  •  L’avis d’un… créateur de pyjamas : « Il est stylé, rétro et vintage »
     

​Julien Joinau est le président et créateur de la marque Mercredicépermis, qui produit des pyjamas pour enfants de 2 à 12 ans. Il apprécie le style de Kiraly. « Je trouve ça vraiment stylé, rétro-vintage, un peu comme nous le faisons sur nos collections. C’est décalé, ça change et ce côté rétro correspond à la tendance actuelle niveau mode. » Pense-t-il que les créateurs de pyjama pourraient tirer profit de ce genre de publicité ? « Non, car ça fait plus jogging que pyjama quand même, balaie Julien Joinau. Un pyjama homme est fait dans la même matière qu’une chemise, alors que le jogging que porte ce gardien est molletonné. Moi, par exemple, ce que je mets à la maison avant de dormir, c’est le même type de jogging que Kiraly. C’est hyperconfortable. »