Cantona: «Quand je parle des mormons, Didier Deschamps devrait se sentir flatté»

FOOTBALL «C'est une erreur» de ne pas avoir sélectionné Karim Benzema et Hatem Ben Arfa pour l'Euro 2016, répète Eric Cantona dans le «JDD»...

M.C.

— 

Eric Cantona, le 19 octobre 2015.
Eric Cantona, le 19 octobre 2015. — Domenico Stinellis/AP/SIPA

«Je suis et je serai toujours un homme libre!», s'exclame Eric Cantona. Dans un texte publié dans Le Journal du Dimanche, le «King» confirme ses déclarations incendiaires contre Didier Deschamps, pour lesquelles le sélectionneur des Bleus envisage de le poursuivre en justice

>> A lire aussi : «Cantona est ridicule» s'énerve Le Graët

«Sportivement c'est une erreur» de ne pas avoir sélectionné Karim Benzema et Hatem Ben Arfa pour l'Euro 2016, poursuit Eric Cantona, qui avait ouvertement soupçonné Didier Deschamps de racisme jeudi dans le Guardian. «Dans cette période de trouble et de division, j'aurais aimé que toute la France telle que je l'aime et la rêve soit représentée dans cette équipe de France. Pour moi, le football est un formidable vecteur d'intégration et doit servir à unifier et à fédérer», poursuit-il.

«Quand je parle des mormons, Didier Deschamps devrait se sentir flatté»

«On a raté cette occasion en ne sélectionnant pas Benzema et Ben Arfa, deux des meilleurs joueurs français. Tout d'abord, je pense que sportivement c'est une erreur et qu'ensuite, ce Championnat d'Europe, qui plus est en France, est une opportunité extraordinaire pour envoyer un message clair aux extrémistes quels qu'ils soient», regrette encore Cantona.

L'ancienne star du ballon rond précise au passage le parallèle hasardeux qu'il avait tracé entre la «Dèche» et les mormons («Deschamps a un nom qui sonne bien français. C'est peut-être le seul en France à avoir un nom aussi français. Personne ne s'est jamais mélangé avec personne dans sa famille. Comme les mormons en Amérique»). «Quand je parle des mormons, Didier Deschamps devrait se sentir flatté: Ryan Gosling est mormon et il est le fantasme de tous les femmes», détaille Eric Cantona. Pas sûr que le coach de l'équipe de France apprécie le compliment à sa juste valeur.