Real Madrid-Manchester City: Cristiano Ronaldo revient de blessure, on vous aide à comprendre le feuilleton

FOOTBALL La star madrilène devrait disputer la demi-finale retour contre les Anglais...

Romain Baheux

— 

Cristiano Ronaldo le 20 avril 2016 lors du match entre le Real Madrid et Villarreal.
Cristiano Ronaldo le 20 avril 2016 lors du match entre le Real Madrid et Villarreal. — Bagu Blanco/BPI/Shutter/SIPA

Les adorateurs de Game Of Thrones insulteront tous nos ancêtres mais l’affaire Cristiano Ronaldo est bien le meilleur feuilleton des dernières semaines :  une blessure censée être bénigne qui lui fait louper une demi-finale aller de Ligue des champions, un suspense haletant autour de sa présence au retour contre Manchester City, le tout sur fond de tension avec le médecin du Real Madrid et d’inquiétudes sur  sa participation l’Euro avec le Portugal. A l’aide de l’ancien médecin des Bleus Jean-Pierre Paclet, on vous explique le micmac, dont l’issue attendue est une titularisation de Ronaldo mercredi.

  • Ronaldo, l’homme qui veut trop jouer

S’ils ne possèdent pas le même rapport au fisc, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ont en commun cette envie de disputer tous les matchs. Mais alors vraiment tous, jusqu’à la moindre purge en Coupe d’Espagne. Ce jusqu’au-boutisme, aurait contribué à sa blessure à la cuisse le 20 avril contre Villarreal, celle à l’origine du feuilleton.

« Le problème, c’est qu’il veut toujours jouer, riait à moitié son entraîneur Zinédine Zidane après avoir vu son joueur sorti touché. J’ai dû l’empêcher de jouer demain (contre le Rayo Vallecano, le 23 avril). Il veut être là, mais on doit penser au prochain match. »

L’avis du docteur Paclet : « En dernier ressort, c’est le joueur et son entraîneur qui décident d’y aller ou non. Le médecin, il a forcément toujours tendance à envisager le pire et la rechute. Les joueurs comme Cristiano Ronaldo, on sait qu’ils veulent toujours. Un très bon test, c’est d’observer la mise en place sur le terrain. Si vous connaissez votre joueur, vous pouvez voir s’il vous ment à la manière dont il se protège sur une pelouse. »

Quand Ronaldo pas jouer, Ronaldo pas content.
Quand Ronaldo pas jouer, Ronaldo pas content. - Matt West/BPI/Shutterst/SIPA
  • Les embrouilles avec le corps médical

Le Real ne serait pas le Real sans ses conflits internes et ses clans à la Dallas. La blessure de Cristiano Ronaldo a fait apparaître au grand jour une rupture entre le groupe professionnel et le staff médical du club, dirigé par un proche du président Florentino Perez, Jesus Olmo. Problème, les cadres du groupe le jugent incompétent.

« Nous avons perdu toute confiance, aurait lâché Sergio Ramos devant son président, rapporte L’Equipe. Nous avons besoin d’un bon traumatologue qui sache parfaitement identifier les blessures. » En attendant d’obtenir sa tête, les Madrilènes vont se soigner à l’extérieur. Cristiano Ronaldo s’est caché dans le coffre d’une voiture pour aller consulter dans une clinique privée la semaine dernière. Moins discret, Karim Benzema, forfait pour le retour contre les Citizens, a publié une photo sur Instagram de lui et de Juan Muro, l’ancien médecin du Real Madrid viré cet été. Très bonne ambiance donc.

Soins à la maison... 💯

A photo posted by Karim Benzema (@karimbenzema) on

L’avis du docteur Paclet : « Médecin de club professionnel, vous avez souvent le mauvais rôle. Si vous dîtes à un joueur qu’il y a trop de risques pour qu’il revienne, vous passez pour l’oiseau de mauvais augure. Si vous le déclarez apte et qu’il se déchire au bout de trois minutes, vous allez passer pour un incapable. »

  • La polémique avec le Portugal

Le coup en deux bandes. Si Cristiano Ronaldo fait le forcing pour disputer le retour contre Manchester City, risque-t-il de se péter encore plus gravement et de rater l’Euro avec le Portugal ? La question tourmente les nuits de l’ancien docteur de la sélection lusitanienne, Nuno Campos. « S’il souffre d’une déchirure (ce qu’a affirmé la presse espagnole), la récupération doit durer entre 18 à 21 jours : 12 à 14 pour guérir complètement et 5 à 7 pour le travail de récupération musculaire,explique-t-il à Record. S’il reprend trop vite, il risque d’aggraver la blessure. »

Les inquiétudes du doc ont poussé le sélectionneur portugais à intervenir pour rassurer la patrie. « J’étais inquiet quand je l’ai vu se plaindre contre Villarreal, puis quitter le terrain, glisse Fernando Santos. Mais nous avons été en contact au sujet de sa situation, et ce n’est rien d’alarmant. » Ouf.

L’avis du docteur Paclet : « Beaucoup de choses qui sortent dans les médias sur les blessures sont fausses. C’est comme cela qu’on se retrouve avec des guérisons miracle qui n’en sont pas du tout en fait. Pour ce qui est de la communication entre sélections et clubs, les médecins sont régulièrement en contacts. En plus, c’est souvent facile de traiter avec les Espagnols sur ce genre de points, c’est plus dans leur culture médicale. Avec d’autres clubs, en Allemagne par exemple, c’est plus compliqué. »