DATA. PSG: Pourquoi Lucas et Di Maria sont les meilleurs attaquants parisiens (et Cavani est nul)

FOOTBALL «20 Minutes» a comparé les statistiques des attaquants parisiens…

B.V.

— 

Les joueurs du PSG Lucas Moura et Zlatan Ibrahimovic, le 7 novembre 2015 au Parc des Princes.
Les joueurs du PSG Lucas Moura et Zlatan Ibrahimovic, le 7 novembre 2015 au Parc des Princes. — F.FIFE/AFP

Les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut, même au foot. Et pour comparer des attaquants, ceux du PSG par exemple, rien de plus simple que de prendre les deux seules statistiques qui vaillent: le nombre de buts et de passes décisives. A ce jeu-là (voir graphique en-dessous), la hiérarchie parisienne est bien respectée: Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani et Angel Di Maria sont les attaquants parisiens les plus décisifs, (loin) devant Lucas. Ce qui explique pourquoi les trois se partagent le plus de temps de jeu et que ce dernier se contente des fins de matchs et des déplacements à Bastia (ne le prenez pas mal amis corses). Mais comme Brad Pitt dans Moneyball, 20 Minutes a tenté d'aller plus profondément dans l'analyse statistique en s'appuyant sur deux séries de données, histoire de juger le réel impact de chacun des attaquants parisiens. Et spoiler alert: Cavani y est aussi nul que Lucas est utile.

PS 1 : Pastore n’a pas assez joué cette saison pour faire partie de cette étude
PS 2 : Tous les chiffres sont tirés des sites spécialisés squawka et whoscored
PS 3 : Le match face à Troyes samedi n’a pas été pris en compte dans ces statistiques

1. L'apport offensif

Dans une première série de statistiques, nous avons choisi de mesurer l’apport offensif des quatre hommes. Grâce à cinq catégories : le nombre d’occasions créées (relativement au temps de jeu, évidemment), le nombre de dribbles réussis, le nombre de centres, le nombre de tirs et le pourcentage de tirs cadrés.

L’analyse:

  • La première chose qui frappe est de voir à quel point Angel Di Maria est déjà essentiel à l’attaque parisienne. Il est le plus créatif des attaquants parisiens mais est aussi à la finition puisqu’il tire bien plus souvent au but que Cavani ne peut le faire.
  • S’il n’est pas assez souvent en situation de frappe, Lucas n’en est pas moins bien plus utile offensivement au PSG que Cavani. Avec 2 occasions créées par match contre 0,74 à l’Uruguayen, mais aussi de nombreux dribbles réussis qui permettent de créer des décalages ainsi que plus de centres, il joue vraiment le rôle d’ailier que dénigre Edinson Cavani.
  • Lucas n’est pas si maladroit quand il est devant le but : avec 64% de frappes cadrées, il est même le meilleur Parisien dans ce domaine. Mais il tire moins, donc sélectionne mieux ses tirs.
  1. Ibrahimovic fait le boulot.


La note:
Si le premier de chaque catégorie remportait 4 points et le dernier 1, voilà ce que donnerait ces stats :

1. Di Maria et Lucas, 15 points
3. Ibrahimovic, 11 points
4. Cavani, 9 points  

2. La contribution au jeu courant

Deuxième volet, comment les attaquants s’insèrent dans le collectif parisien. Pour cela, nous avons choisi quatre statistiques: le pourcentage de passes vers l’avant - plus révélateur que le pourcentage de passes réussies, qui est de toute façon sensiblement le même pour tous, le pourcentage de duels gagnés, la contribution défensive (tacles et interceptions), et le déchet technique, c'est-à-dire les ballons perdus.

L’analyse :

  • Encore une fois, on s’aperçoit qu’Angel Di Maria est le plus utile des attaquants parisiens. Son jeu est constamment porté vers l’avant mais malgré sa prise de risque, il ne perd pas beaucoup de duels ni de ballons. En revanche, l’Argentin n’est pas intéressé par le boulot défensif.
  • La contribution de Lucas est une nouvelle fois très correcte. Son plus gros défaut est en revanche mis en lumière : il perd beaucoup de ballons. Ce qui n’est pas totalement anormal quand on tente deux à trois fois plus de dribbles que les autres. Surprise : son aide défensive est remarquable, il est de loin le meilleur attaquant parisien de secteur-là.
  • Cavani ne sert à rien. 32% de passes vers l’avant, c’est un chiffre incroyablement faible qui explique aussi pourquoi il est le Parisien qui perd le moins de ballon : il ne tente rien. De plus, il est le seul à ne pas gagner la moitié de ses duels, malgré son jeu de tête pourtant réputé.
  • Ibrahimovic fait le boulot, encore.


La note :

1. Lucas et Zlatan, 10,5
3. Cavani et Di Maria, 9

Conclusion :

Ils n’ont évidemment aucune valeur d’évangile (d’autres stats auraient pu donner d’autres résultats), mais ces résultats tendent à prouver que Lucas a bien du poids au sein de cette attaque parisienne. Moins que Di Maria ou Ibrahimovic, mais plus que Cavani. L’Uruguayen, qui cristallise souvent les critiques des supporters parisiens (ce raté à Madrid…) n’a que ses buts pour le sauver.

 

L'incroyable raté de Cavani ! http://po.st/UXGCaP> Mené au score par le Real Madrid, le Paris Saint-Germain aurait pu...

Posted by beIN SPORTS France on Tuesday, November 3, 2015