Affaire Benzema: «Les joueurs sont encadrés par des nazes, des courtisans»

INTERVIEW Jérôme Jessel a consacré deux ouvrages sur le sujet...

Propos recueillis par Romain Baheux

— 

Karim Benzema lors de Serbie-France le 7 septembre 2014.
Karim Benzema lors de Serbie-France le 7 septembre 2014. — Darko Vojinovic/AP/SIPA

Le terme est sorti très rapidement, presque autant que la voiture de Karim Benzema du palais de justice de Versailles jeudi. Comme dans la plupart des démêlés judiciaires impliquant un footballeur, « l’entourage du joueur » est pointé du doigt. Un des amis de Karim Benzema est ainsi soupçonné d’avoir fait le lien entre les maîtres chanteurs et le joueur du Real Madrid dans l’affaire de chantage présumé à la « sextape » de Mathieu Valbuena. Pour Jérôme Jessel, journaliste et auteur de Sexe Football Club et Sexus Politicus, ce sont ces fameux proches qui plombent les stars du football.

Quand on parle de l’entourage de ces joueurs, qui évoque-t-on précisément ?

Ce sont les amis d’enfance qui n’ont pas eu une trajectoire exemplaire et qui essaient de trouver une opportunité de gagner de l’argent via leur copain. Dans notre société, les footballeurs incarnent les valeurs de l’argent facile, de la gloire rapide, du bling-bling. Ils sont naïfs et très mal informés. Ça serait bien qu’ils aient des agents avec une vision plus transversale de leur carrière, pas juste des gens souvent présents pour profiter d’un juteux contrat. Les clubs sont aussi assez négligents. Là, c’est un accident industriel pour le Real Madrid qui va devoir gérer une affaire de joueur mis en examen dans une affaire sordide.

Que reprochez-vous à cet entourage ?

Ils sont encadrés par des nazes, des courtisans qui ne vont pas leur dire la vérité mais ce qu’ils ont envie d’entendre. Ils leur construisent une réalité qui n’est pas la bonne.

>> A lire aussi : Benzema et Valbuena absents, Gignac, Ben Arfa et Coman sélectionnés

Comment remédier à cela ?

Il faudrait une cellule à l’intérieur du club pour les encadrer et une plus grande formation en amont. Dans les centres de formation, on pourrait avoir des sessions d’informations et de prévention sur les éventuels risques pour la suite de leur carrière. Après, il faut aussi être davantage prudent. Dans le cas de Karim Benzema, c’est la seconde fois qu’il se retrouve dans ce genre d’affaire [après l’affaire Zahia dont il avait été blanchi]. On ne peut pas dire qu’il soit très vigilant…

Quels sont les autres risques auxquels ils sont exposés ?

Les matchs truqués par exemple. Il y a de plus en plus de matchs truqués car il y a de plus en plus de paris autour des rencontres. Les joueurs peuvent être approchés par des mafias pour truquer les matchs. Et comme la Fifa a les quatre fers en l’air en ce moment…

On parle souvent des origines modestes des joueurs pour évoquer leur difficulté à gérer leur notoriété et leur nouveau statut social. Êtes-vous d’accord ?

Je ne veux pas faire ce procès-là mais les sommes versées ne facilitent pas une confrontation à la réalité. On les déresponsabilise.