Equipe de France: Pourquoi Deschamps va appeler Anthony Martial

FOOTBALL L’attaquant monégasque pourrait être la grande nouveauté de la liste dévoilée par le sélectionneur ce jeudi…

Julien Laloye

— 

Anthony Martial, le 4 août 2015.
Anthony Martial, le 4 août 2015. — SIPA

C’est pour l’instant une envie plus qu’une réalité. Mais s’il est des envies qu’on sait illusoires – un retour d’Hatem Ben Arfa par exemple, celle de voir Anthony Martial revêtir le maillot des Bleus lors des amicaux de septembre face au Portugal et à la Serbie est bien plus concrète. 20 Minutes vous explique pourquoi l’attaquant monégasque pourrait être la bonne surprise de la liste de DD jeudi.

Parce qu’il manquera (au moins) un attaquant

C’est une convention dans les groupes installés. Pour y rentrer, il faut déjà que quelqu’un sorte. Et ce quelqu’un, c’est Alexandre Lacazette, qui a décidé de s’arrêter une dizaine de jours pour soigner son dos et oublier un début de saison délicat. Cela fait au moins une place à prendre devant, sachant que Karim Benzema, blessé tout l’été, ne reprendra avec le Real Madrid que ce week-end, et sans doute depuis le banc de touche. En juin, c’est Ntep qui avait profité de l’absence du Madrilène. Or, le Rennais n’a toujours pas repris cette saison à cause d’une fracture de fatigue. C’est le moment où jamais pour lancer Martial.

La liste des attaquants tricolores lors du dernier rassemblement

Parce qu’il a failli désosser Valence à lui tout seul

Martial est peut-être le meilleur attaquant français du mois d’août, avec Alassane Pléa, sur qui le staff tricolore ferait bien de jeter un œil dans les mois qui viennent, au passage. L’ancien Lyonnais a repris plus tôt que les autres à cause des barrages de Ligue des champions, et il a été le seul à surnager au milieu des petits enfants de l’attaque monégasque face à Valence. Sa dernière heure au match aller avait été exceptionnelle, encore un cran au-dessus de sa première heure à l’Emirates la saison passée, et il aurait pu être récompensé d’un but et un penalty. Au retour, il ressemblait parfois à Kobe Bryant seul au monde face la défense valencienne : il faut avoir vu la peur dans les yeux des Espagnols à chaque fois qu’il prenait le ballon face au jeu, pour comprendre.

Parce que c’est intéressant pour l’Euro, et beaucoup plus loin

L’histoire des Bleus regorge de sélection d’agréments, de celles dont on sait qu’elles n’auront pas de suite, à moins de circonstances exceptionnelles. Anthony Martial n'entre pas dans cette catégorie. Annoncé monstrueux depuis ses jeunes années lyonnaises, il fait partie des projets les plus excitants pour les grands clubs européens du moment… avec Fékir et Lacazette. Ces trois-là, avec Griezmann, peuvent former l’attaque des Bleus pendant dix ans. Cela ne garantit rien, puisque l’on disait déjà la même chose de la génération 87, mais Martial sera certainement un très grand attaquant indispensable aux Bleus. Dès l’Euro 2016 ? Peut-être, en 2018 c’est sûr.

Martial et Fékir, casseurs de reins depuis petits

Parce qu’à son âge, Henry était (presque) champion du monde

Le parallèle entre les deux hommes a été dressé d’emblée, et pour une large part, il est justifié. Même port altier pendant la course, même arrogance mutine balle au pied, même vitesse au démarrage, et même début de carrière sur le Rocher, encore que Martial est presque en avance : Henry avait dû attendre le printemps 1998 pour se révéler en Ligue des champions avant, lui aussi, de se prendre le mur de la Juventus en demi-finale. Cela lui avait valu, avec Trezeguet, sa place pour la Coupe du monde. Bien sûr, Martial a contre lui une concurrence plus redoutable qu’à l’époque. Raison de plus pour le convoquer au plus tôt : il aura besoin d’un moment avant de rejoindre les 51 buts d’Henry chez les Bleus.