Ligue 1: Non, il n’y avait pas pénalty sur la main et non, l’OM n’est pas persécuté par l’arbitrage

FOOTBALL Loin de là, même…

B.V.
— 
Capture d'écran de la main de Marquinhos
Capture d'écran de la main de Marquinhos — Capture d'écran

C’est le tube du moment à Marseille. L’OM est en train de perdre le titre de champion de France et c’est la faute des arbitres. «On a été victime, malheureusement, d'erreurs d'arbitrage», se lamentait Vincent Labrune après le nul contre Lyon. «Trop, c’est trop», reprenait André Ayew ce dimanche après la défaite face à Paris.

La raison du courroux des Olympiens lors du Classico? Un penalty non sifflé pour une main – «flagrante» selon Dédé Ayew - de Marquinhos dans la surface.

 

Pas besoin de beaucoup plus pour relancer chez les supporters et les journaux locaux le fantasme de la persécution si chère à René Girard.

Voici un extrait du quotidien La Provence de ce lundi, évoquant «l'injustice».

 

Or, si l’on s’arrête à la règle de la main dans la surface, la notion d’intentionnalité est absolument fondamentale pour siffler un penalty. Pourtant, en aucun cas cette main est volontaire. La frappe de Gignac est déclenchée à bout portant, et le défenseur brésilien n’a pas le temps de retirer ses mains du chemin du ballon. De plus, il ricoche sur sa cuisse avant de taper la main, ce qui confirme bien que Marquinhos n’a pas délibérément touché ce ballon de la main.


Y avait-il main? Oui. Y avait-il penalty? Non. L’arbitre du match, M. Buquet a pris la bonne décision.

Un penalty oublié… pour Paris?

Et au même titre que le but refusé face à Lyon était hautement discutable, le complexe «Caliméro» des Marseillais après cette défaite face à Paris semble assez injustifié. D’autant plus qu’en première mi-temps, un penalty aurait pu être sifflé pour le PSG. En retard, Morel prend la jambe d’Ibrahimovic et si la faute n’est pas totalement incontestable, le penalty aurait été loin d’être scandaleux. L’ancien arbitre international Bruno Derrien estime, lui, sur Twitter être «assez d’accord avec l’arbitre» sur les deux actions. 0-0, balle au centre.


Et puis de toute façon, «à la fin de la saison les erreurs d’arbitrage s’équilibrent», comme le veut l’adage. Un site amateur recense chaque week-end les fautes d’arbitrage et leurs conséquences sur le classement de la Ligue 1. Une approche loin d’être scientifique mais qui donne quand même une petite idée sur le long terme.

Retenant peu d’erreurs contre l’OM (le non-but d'Ocampos en fait partie) mais beaucoup en sa faveur, notamment lors des victoires à domicile face à Toulouse, Lens et Evian, le site assure que Marseille a «gagné» 7 points cette saison grâce à des mauvaises appréciations des arbitres. Le plus haut total de la Ligue 1. Selon le classement virtuel du championnat sans toutes les fautes d’arbitrages, l’OM, actuel 3e du championnat, pointerait selon à la 5e place, avec 50 points au lieu de 57. Encore une fois, ce classement n'est en rien une analyse précise et fiable, mais juste un élement supplémentaire pour se faire une opinion.