Les «clashicos» du Clasico (3/5): Ammoniaque et Clara Morgane en petite tenue, c’était le OM-PSG de 2005

FOOTBALL Toute la semaine, 20 Minutes revient sur les rencontres souvent tendues entre l’OM et le PSG…

B.V.

— 

Le Marseillais Niang au duel avec le Parisien Yépès en 2005
Le Marseillais Niang au duel avec le Parisien Yépès en 2005 — BORIS HORVAT / AFP

Avant de devenir le Clasico, c’était déjà le match le plus chaud de Ligue 1. Alors que se profile un OM-PSG décisif dans la course au titre dimanche soir, 20 Minutes revient sur les scènes de légendes ayant émaillé les rencontres entre les deux équipes. Bagarres, coups fourrés, gestes techniques fous et polémiques, le Clasico a souvent débordé du simple terrain.

Episode 3: Ammoniaque et Clara Morgane en petite tenue (16 octobre 2005)

Dans toutes les légendes, il y a une petite part de vérité et une grosse de fantasme. Celle de cet OM-PSG d’octobre 2005 sera encore racontée pendant des millénaires sans que l’on sache délier le vrai du faux. Contexte: nous sommes en octobre 2005 et cela fait désormais trois ans, et neuf matchs, que l’OM n’a pas battu Paris. Alors, forcément, le PH de ce match au Vel’ bat des records d’acidité.

Capture d'écran des 9 matchs sans victoire de l'OM contre le PSG (Source: Ohaime-passion)

Tellement même que les Marseillais tentent le coup de force avant même la rencontre. Interrogé par l’Equipe près de dix ans plus tard, le Parisien Modeste Mbami se souvient: «Les Marseillais avaient mis de l'ammoniaque dans notre vestiaire. Impossible de rester. On ne respirait plus tellement ça prenait la gorge. Nous sommes donc allés nous changer dans les escaliers, près des tribunes.» Le Parisien du lendemain raconte: «Hakim Chalabi, le médecin du PSG, ordonne aux joueurs de patienter dans les couloirs pour éviter toute intoxication. Certains s'installent dans les escaliers. Laurent Fournier [alors entraîneur parisien] pris de maux de ventre, est sur le point de vomir. Il doit sortir prendre l'air, les yeux rougis, un mouchoir à la main.»

Une version jamais confirmée par l’OM - «ce sont des conneries, je le jure», assure José Anigo, qui parle même de manipulation. L’arbitre du match, Eric Poulat, se souvient pourtant lui très bien qu’il y «avait une odeur bizarre et qu’on nous avait relaté à distance que les joueurs étaient sortis du vestiaire. Mais je ne peux pas certifier que c’était de l’ammoniaque, car c’est le délégué de la LFP qui a fait le constat.»

«Clara Morgane en habit sexy» à la sortie du vestiaire

L’histoire ne s’arrête pas là. Contraints de se changer dans le couloir, près d'un studio radio, les Parisiens tombent – selon les dires de Mbami – nez à nez avec… «Clara Morgane en habit sexy! Là, on a perdu notre concentration, on a mis nos chaussures à l'envers. C'était bien vu pour nous sortir du match et on a perdu. Quelques années plus tard, quand je suis allé à l'OM, j'ai su qui avait fait ça...»

(Clara Morgane quand elle débarque au Vel' - Photo SIPA)

«Oui, bien sûr, j'étais en porte-jarretelles dans les coulisses et j'attendais toute l'équipe! Non, plus sérieusement, il faut arrêter de délirer, s’est ensuite défendue sur RMC l’ex-actrice de films pour adultes, née à Marseille. Je tiens à dire que je n'ai croisé aucun joueur ce soir-là, ni du PSG ni de l'OM. J'étais avec Michael Youn pour participer à une émission de radio et non pas avec une copine. Je suis désolée, mais ma venue dans les vestiaires n'est rien d'autre qu'un mensonge.»

Par conscience professionnelle, nous avons donc demandé à la voix de la justice et de l’impartialité Eric Poulat s’il avait éventuellement rencontré une jeune femme peu vêtue dans les entrailles du Vélodrome. «Je n’ai pas eu le plaisir de voir ça visuellement, assure l’arbitre aux neuf clasicos. Ça relève du fantasme.» Qui a coûté ce soir-là la première défaite du PSG (1-0) face à Marseille en trois ans. Foutu fantasme.

Episode 1: La bataille des Leroy

Episode 2: Le festival de Ronaldinho