France-Brésil: Nabil Fékir n’a pas été touché de rentrer sous les sifflets

FOOTBALL L’attaquant lyonnais a joué un gros quart d’heure pour sa première sélection avec les Bleus…

J.L.

— 

Nabil Fékir a connu sa première sélection face au Brésil, le 26 mars 2015.
Nabil Fékir a connu sa première sélection face au Brésil, le 26 mars 2015. — Francois Mori/AP/SIPA

Au stade de France,

La leçon de brésilien, évidemment, a fait passer sa première sélection au second plan, mais puisqu’on en a tant parlé avant, c’est compliqué de ne rien écrire après. Nabil Fékir est rentré dans le dernier quart d’heure, et le Lyonnais en a fait assez dans une période où les Bleus étaient dans le dur pour justifier sa présence. Un coup-franc bien placé provoqué d’emblée, une bonne frappe juste à côté des buts de Jefferson sur une action qui ne demandait rien d’autre, c’est honorable vu le contexte.

>> Le match à revivre en live comme à la maison

Mais avec Fékir, le contexte global risque souvent de faire de l’ombre au contexte d’un soir. L’attaquant lyonnais a été sifflé par une partie du Stade de France, et c’est difficile de ne pas y voir un lien avec son choix longtemps retardé entre la France et l’Algérie. «C’est rien, il faut accepter, c’est le foot» a évacué l’intéressé qui ne sera pas mieux reçu à Geoffroy-Guichard dimanche face au Danemark, contre qui il « espère avoir plus de temps de jeu».

C’est une autre particularité du jeune homme. Il n’est pas arrogant, plutôt timide à vrai dire, mais parfois il n’aide pas vraiment à faire la différence. Même s’il «se rend compte de la chance qu’il a» d’avoir débuté contre le Brésil,  Fékir a bien fait comprendre qu’il attendait de jouer, de jouer rapidement, et de jouer longtemps. Payet et Giroud, lancés plus tard que lui à Saint-Denis vont apprécier. Sans parler de Lacazette, son coéquipier à Lyon, resté sur le banc tout du long malgré son statut de meilleur buteur de L1.