Gignac à l'OL: Marcelo Bielsa répond à Jean-Michel Aulas

FOOTBALL L'entraîneur de l'OM s'est exprimé en conférence de presse...

A.M. avec AFP

— 

Marcelo Bielsa au stade de la Route de Lorient, lors de Rennes-OM le 7 février 2015.
Marcelo Bielsa au stade de la Route de Lorient, lors de Rennes-OM le 7 février 2015. — AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

Avouons-le tout de suite: souvent, quand Marcelo Bielsa prend la parole, on a plus l'impression de lire un directeur de thèse qu'un entraîneur de foot. C'est encore le cas vendredi, alors que l'entraîneur argentin de l'OM se présentait en conférence de presse. Forcément, il a été sondé sur la position de Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, qui a fait il y a quelques jours une déclaration d'amour publique à l'attaquant marseillais André-Pierre Gignac. «Le match se gagne ou se perd sur le terrain. Croire qu'en émettant des opinions on peut gagner des résultats, c'est se tromper. Et la personne qui pense comme cela et cherche à avoir des résultats de cette manière ne fait pas de bien au sport», explique «El Loco».

 

Pour Bielsa, inutile de tenter par tous les moyens de déstabiliser les concurrents par sites interposés. «Le but de ce jeu, c'est que ce soit les meilleurs qui gagnent selon ce qu'ils font sur le terrain. Celui qui prétend influencer le cours du match avec des déclarations, d'abord ce n'est pas possible parce que les autres ne sont pas stupides, et celui qui fait ça contamine le jeu et ne montre pas d'intelligence. Au contraire, cela porte un préjudice au sport que nous aimons tous», ajoute l'Argentin.

«Je ne dis pas cela à propos de quelqu'un en particulier»

Qui prend bien soin de ne pas viser directement Jean-Michel Aulas: «Je ne dis pas cela à propos de quelqu'un en particulier, et ce n'est pas une opinion sur le président de Lyon. Je n'ai jamais lu ces déclarations, vous me les signalez mais je n'en ai pas eu connaissance. Les antécédents que j'ai du président de Lyon, c'est que son équipe a gagné sept championnats consécutifs, un vecteur d'admiration pour quiconque voit cela». Et vous, vous trouvez aussi que Jean-Michel Aulas est «vecteur d'admiration».