PSG: Laurent Blanc réclame «du bon sens» aux instances refusant d’aménager le calendrier

FOOTBALL Alors que le PSG va vivre un mois d’avril infernal…

A.M. avec AFP

— 

Laurent Blanc, PSG manager, in the press conference before the game. Chelsea v PSG - UEFA Champions League 2014/2015- Last 16,  Second Leg-  Stamford Bridge, London, UK. 10/03/2015. ' Francesca Ceciarini/CECIARINI_lb_FRC7093/Credit:Francesca Ceciarini/SIPA/1503110125
Laurent Blanc, PSG manager, in the press conference before the game. Chelsea v PSG - UEFA Champions League 2014/2015- Last 16, Second Leg- Stamford Bridge, London, UK. 10/03/2015. ' Francesca Ceciarini/CECIARINI_lb_FRC7093/Credit:Francesca Ceciarini/SIPA/1503110125 — Francesca Ceciarini/AP/SIPA

«Illogique et immoral». Au PSG, Laurent Blanc est sur la même longueur d’onde que son président quand il s’agit de pester contre le calendrier. Alors que le club parisien va devoir disputer sept matchs au mois d’avril, les instances du foot français ont refusé d’aménager le programme des coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic en décalant la demi-finale de Coupe de France contre Saint-Etienne.

Il est si dur que ça ce calendrier?

Alors que les Parisiens se déplacent à Bordeaux dimanche, l’entraîneur a livré le fond de sa pensée en conférence de presse. «Il manque un peu de bon sens. Il y a 5 ans, en 2009, on s’est retrouvé dans la même situation avec Bordeaux, on avait une finale de Coupe de la Ligue juste avant un quart de finale de Ligue des champions. Il y a des choses à revoir dans la programmation, ou alors on admet qu’il est impossible d’avoir des représentants français en quart de finale de la Ligue des champions», râle le Président.

Pour lui, il y a quelque chose qui cloche. «Il est illogique que des équipes performantes se retrouvent pénalisées par le calendrier, c’est illogique et immoral. On ramène des points, les diffuseurs sont très contents, et les journalistes aussi parce qu’il y a de beaux matchs. Il faut du dialogue et éviter les erreurs déjà présentes il y a cinq ans», conclut l’entraîneur.