PSG: «Je serais plus préoccupé si mon équipe ne se créait pas d’occasions», relativise Blanc

FOOTBALL Le coach du PSG relativise le manque d'efficacité offensive de son équipe...

N.C.

— 

Laurent Blanc en conférence de presse au Camp des Loges, le 20 février 2015.
Laurent Blanc en conférence de presse au Camp des Loges, le 20 février 2015. — J.E.E/SIPA

Oui, le PSG a largement dominé Monaco, dimanche. Mais non, le PSG n'a pas réussi à trouver l'ouverture (0-0). Que ce soit Pastore ou Cavani, pour ne citer qu'eux, les Parisiens se sont montrés maladroits dans la finition au stade Louis-II. Comme trop souvent cette saison, où l'équipe de Laurent Blanc peine à concrétiser sa mainmise sur les matchs ou à tuer le match quand il le peut. Inquiétant, alors que le sprint final se profile en Ligue 1 et qu'il faudra absolument marquer à Chelsea la semaine prochaine pour espérer voir les quarts de finale de la C1? «Ce n’est jamais plaisant, que ce soit pour les joueurs, l'entraîneur que je suis ou les supporters, a dit Laurent Blanc en conférence de presse ce mardi. A chelsea, il faudra marquer, c'est clair, mais aussi bien défendre.»

«User les défenses ne suffit pas, ce qui compte à la fin est le nombre de passes et de buts»

S'il ne s'en contente pas, évidemment, le coach du PSG préfère se focaliser sur le contenu. «A moins on se procure des occasions. Ça ne suffit pas bien sûr mais je serais plus préoccupé si mon équipe ne s'en créait pas. Ça voudrait dire que dans la philosophie de jeu on aurait un problème. On n’aura pas toujours cette inefficacité offensive», veut-il croire.

Particulièrement visé, Edinson Cavani et ses 8 buts en 24 matchs de L1 (mais 6 buts en 7 apparitions en Ligue des champions). «Je suis sûr qu’à la fin de la saison, quand on fera les comptes, il dépassera les 20 buts [toutes compétitions], ce qui est un chiffre honorable», répond Blanc. Quant à Ezequiel Lavezzi (4 buts en L1) ou Javier Pastore (2 buts), il en attend clairement plus. «On ne peut pas dire que ce sont des buteurs, mais on ne peut pas se contenter de ça. User les défenses ne suffit pas, ce qui compte à la fin de la saison c’est le nombre de passes et de buts», estime l'ancien sélectionneur des Bleus. Et puis ça aide pour ramener des trophées.