VIDEO. «Stade 2» relance la polémique sur les moteurs dans les vélos

CYCLISME Ils seraient détectables par des caméras thermiques...

R.B.

— 

Femke Van den Driessche lors des Mondiaux de cyclo-cross le 30 janvier 2016.
Femke Van den Driessche lors des Mondiaux de cyclo-cross le 30 janvier 2016. — YORICK JANSENS / Belga / AFP

Il y avait le dopage, il y a maintenant le dopage mécanique. Détecté pour la première fois en compétition dans le vélo d’une jeune Belge Femke Van den Driessche aux championnats du monde de cyclocross, le moteur alimente énormément de rumeurs au sein du peloton professionnel. Dans un reportage diffusé dimanche, « Stade 2 » fait le point sur le sujet. L’émission s’est notamment munie d’une caméra thermique, un système à même de détecter l’activité d’un moteur selon elle.

Sans dévoiler de noms, « Stade 2 » dévoile plusieurs plans où une activité anormale est détectée lors de la dernière édition des Strade Bianche, une course italienne. L’émission revient également sur le Giro 2015 où l’on voit le mécanicien d’Alberto Contador, vainqueur du dernier Tour d’Italie, qui s’affaire auprès de son vélo tout en tripotant sa montre avant un contrôle de l’engin de l’Espagnol.

Selon France Télévisions, plusieurs tricheurs du peloton ont opté pour un système électromagnétique dans les roues arrières en carbone avec une commande via le cardio-fréquencemètre du coureur ou une montre. Un joujou qui coûte près de 200.000 euros.