Coupe du monde 2022 : « Et toi, ça te fait plaisir ? Cache ta joie ! »… Deschamps en freestyle avec un journaliste

FOOTBALL A la veille du choc contre l’Angleterre, Didier Deschamps est apparu souriant, détendu et bien décidé à animer cet exercice médiatique d’habitude un peu ennuyeux

Aymeric Le Gall
Didier Deschamps avance vers la quart de finale contre l'Angleterre dans la plus grande décontraction possible.
Didier Deschamps avance vers la quart de finale contre l'Angleterre dans la plus grande décontraction possible. — FRANCK FIFE

DD, Cool as a cucumber, comme on dit de l’autre côté de la Manche. Comme depuis la première victoire face à l’Australie, le sélectionneur de l’équipe de France avance dans cette compétition avec une tranquillité assez bluffante. Comme si tout coulait sur lui. Après qu’un journaliste lui a dit que ça faisait un moment qu’on ne l’avait pas vu, Deschamps lui a demandé en souriant s’il nous avait manqué. Aux photographes en génuflexion devant l’estrade et à qui on demandait de quitter la salle, il leur a fait un petit geste de la main en leur lâchant en rigolant « salut ! ». Voilà donc comment le double champion du monde aborde ce choc face à L’Angleterre, samedi dans le désert qatari, au stade Al Bayt, à plus de 60 bornes de Doha.



Et avec lui, c’est toute l’équipe qui semble prendre ce match sans la moindre pression, à l’image de Youssouf Fofana, lui aussi apparu décontracté jeudi en conf. « La zénitude, le calme et la sérénité, on l’a depuis le début, a assuré la Dèche. Là c’est un quart de finale de Coupe du monde mais il n’y a pas à stresser, c’est que du bonheur et du plaisir. L’excitation prend plus de place (à l’approche du match) mais sans stress, sans retenue, c’est magnifique de jouer un match comme ça. » Le sélectionneur français n’a d’ailleurs pas vraiment de raison de faire la gueule, son président l’ayant déjà quasiment assuré de poursuivre l’aventure, quand bien même son équipe rentrerait à la maison samedi soir et ne validerait pas l’objectif initial des demi-finales fixé par la Fédé.

Le DD Comedy Club

Lancé sur le sujet, Deschamps a entamé un dialogue assez croustillant à base de chambrage avec Sébastien Tarrago, le journaliste de la chaîne L’Equipe. Quand celui-ci lui a dit que Le Graët souhaitait le prolonger et lui a demandé s’il était content, DD s’est lâché. On vous passe la séquence :

- Deschamps : « Oui ça me fait plaisir. Et toi, ça te fait plaisir ? »

- Tarrago : « Oui, bien entendu ! »

- Deschamps : « Cache ta joie ! »

- Tarrago : « Pourquoi, tu en doutes Didier ? »

- Deschamps : « Oh je n’ai pas de doutes, j’ai des certitudes ! Pas dans le foot mais en dehors oui, mais ce n’est pas grave, on ne va pas faire un monologue. »

Une fois la galerie amusée, le sélectionneur est redevenu (un peu) plus sérieux. A la question « allez-vous accepter un nouveau contrat s’il vous le propose ». Réponse : « Ah, c’est bien le moment de me poser cette question, tiens ! C’est le moment de me poser cette question. C’est très gentil ce qu’a dit le président, pour le reste ma seule priorité c’est ce qui nous attend avec ce quart de finale et l’objectif d’être en demi-finale. Je sais, je n’ai pas répondu, tu n’as pas à traduire, mais c’est ma réponse ». On s’en contentera.