VIDEO. Coupe du monde 2018: «Ne parle pas comme un journaliste»… Quand Deschamps chambre son «ami» Desailly

FOOTBALL Echange très sympa sur beIN Sports mardi soir, entre les tauliers de France 98 Marcel Desailly et Didier Deschamps, après la qualification des Bleus pour la finale de la Coupe du monde...

J.L.

— 

Marcel Desailly et Didier Deschamps, ici lors du tirage au sort de la Coupe du monde, en décembre 2017 à Moscou.
Marcel Desailly et Didier Deschamps, ici lors du tirage au sort de la Coupe du monde, en décembre 2017 à Moscou. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Voir un DD totalement détendu dans les médias est devenu de plus en plus rare ces dernières années. La présence mardi soir sur le plateau de beIN Sports de Marcel Desailly, son ancien partenaire à Nantes, Marseille et évidemment en équipe de France, a bien changé la donne.

Comblé par la qualification de son groupe pour la finale de la Coupe du monde (1-0 contre la Belgique), Didier Deschamps s’est montré taquin lorsque l’ancien défenseur du Milan AC est parti dans un pompeux « le plus dur reste à faire finalement. C’est tout à base de concentration et de travail pour y arriver ».

« Tu me les canalises hein [les joueurs] pour la finale ? »

« Parle normalement, ne parle pas comme un consultant ou un journaliste. Je suis DD, je suis ton ami », lui a lancé le sélectionneur des Bleus. « On t’aime mon DD, tu sais », a alors répliqué Marcel Desailly, très amusé par la situation. Puis le duo qui nous a tant fait marrer, il y a vingt ans dans Les Yeux dans les Bleus, est reparti de plus belle niveau complicité.

« Tu me les canalises hein [les joueurs] pour la finale ? », demande l’ex-roc de l’équipe de France. DD : « J’ai réussi à te canaliser toi, donc je vais sans doute réussir à les canaliser eux. » Une minute bien rafraîchissante avant que Luis Fernandez et Arsène Wenger ne prennent le relais. A bien y repenser, notre Marcel n’était pas si canalisé que ça en finale au vu de son tacle de cinglé, lui ayant valu une expulsion, sur le Brésilien Cafu.

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018 : «Qui l’eût cru?... à part vous, bien sûr», Deschamps heureux (et taquin) après la qualification