20 Minutes : Actualités et infos en direct
BIATHLONLa « reine » Julia Simon vers un quadruplé sur ces Mondiaux de biathlon ?

Mondiaux de biathlon : « Pas qu’une tireuse de ball-trap »… La « reine » Julia Simon en route pour un quadruplé inédit ?

BIATHLONLa Française de 27 ans a survolé la poursuite, dimanche à Nove Mesto (République tchèque), et il lui reste deux courses pour envisager le premier quadruplé en individuel de toute l’histoire des Mondiaux de biathlon
Julia Simon a remporté la poursuite de Novo Mesto dimanche.
Julia Simon a remporté la poursuite de Novo Mesto dimanche. - Petr David Josek/AP/SIPA / SIPA
Jérémy Laugier

J.Lau. avec AFP

La voilà déjà à la hauteur de Marie Dorin-Habert, sacrée à cinq reprises dans l’histoire des Mondiaux de biathlon, en 2015 et 2016. Julia Simon a encore survolé la poursuite de ces championnats du monde à Nove Mesto (République tchèque), pour s’offrir le doublé, deux jours après le sprint. La Française de 27 ans est donc en train de dominer son sport comme Martin Fourcade et Johannes Boe à leurs plus belles heures, avec sa troisième médaille d’or de la semaine (après également le relais mixte mercredi). Julia Simon compte à présent au total cinq titres mondiaux, si on ajoute son relais mixte simple en 2021 à Pokljuka (Slovénie) et sa poursuite l’an passé à Oberhof (Allemagne).

Dans le palmarès du biathlon français aux Mondiaux, il ne reste plus devant elle que Raphaël Poirée (huit titres dont un en relais) et Martin Fourcade (treize titres, deux en relais). Sur les 10 kilomètres de la poursuite dimanche, sous une pluie battante, la vainqueure du gos globe 2023 a montré qu’elle était bien la meilleure biathlète de la planète en ce moment.

« Ça a été laborieux pendant quelques années »

Partie en tête grâce à son succès en sprint, elle avait un matelas d’avance sur les autres concurrentes, reléguées à une grosse quarantaine de secondes au minimum. Toutes, sauf Justine Braisaz-Bouchet, partie à cinq secondes et revenue rapidement dans ses skis dès les premiers mètres. Le duel tant attendu a tenu sur les trois premiers tours, avec une faute chacune sur le second tir couché. Et puis la magie du tir debout de Julia Simon a parlé : elle a blanchi ses trois premières cibles quand « JBB » n’avait pas encore lâché sa première balle.

« J’ai fait le biathlon que j’aime, ne pas penser et tirer vite, a-t-elle glissé dans un grand sourire. Mes courses sont vraiment bien construites. Je suis vraiment très fière de parvenir à mettre ça en place sur ces championnats du monde. Ça a été laborieux pendant quelques années mais on a réussi à me faire devenir une vraie biathlète, pas qu’une tireuse de ball-trap. » »

Dans la dernière montée, course gagnée et troisième breloque tchèque en or dans la valise, elle s’est même arrêtée sur la piste pour serrer quelques mains, à commencer par Cyril Burdet, l’entraîneur du groupe féminin français. Comblée, elle a franchi la ligne d’arrivée ovationnée par 20.000 spectateurs, devant l’Italienne Lisa Vittozzi et sa compatriote Justine Braisaz-Bouchet, qui a hérité du bronze. L’équipe de France en est donc déjà à trois titres et six médailles à Nove Mesto.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

L’affaire judiciaire reléguée très loin

« C’est la reine de ces Mondiaux, elle est extraordinaire à tous points de vue, surtout sur sa façon de gérer ses émotions. Rien ne la perturbe. Au niveau stratégique, si elle jouait aux échecs, elle serait championne du monde aussi », souligne l’entraîneur français de la Norvège, Siegfried Mazet.

Après avoir passé l’été à s’entraîner seule, en liaison avec le staff de l’équipe de France, Julia Simon a connu un début de saison compliqué, notamment une 31e place sur l’individuel (15 km) à Ostersund (Suède), où elle avait reconnu être « épuisée mentalement ». « Ce que j’aime bien, c’est que depuis le mois de janvier, ce qu’elle dégage, c’est le calme, ce qu’elle n’avait pas au mois de décembre », apprécie l’entraîneur du tir des Françaises, Jean-Paul Giachino.

L’affaire qui l’oppose sur le terrain judiciaire à sa coéquipière Justine Braisaz-Bouchet (deux plaintes déposées contre Julia Simon, dont une par Braisaz-Bouchet, pour fraude à la carte bancaire, une plainte contre X déposée par Simon pour usurpation d’identité) est reléguée très loin. A Nove Mesto, il lui reste deux courses pour réaliser un impensable quadruplé individuel qu’aucun biathlète n’est parvenu à réaliser. Pas même les Français Raphaël Poirée et Martin Fourcade, les Norvégiens Ole Einar Bjoerndalen, Johannes Boe et Liv Grete Poirée, et l’Allemande Laura Dahlmeier, qui n’ont cumulé « que » trois titres en solo sur une édition des Mondiaux par le passé. L’histoire est en marche.

Sujets liés